Une étude publiée en Allemagne fait grand bruit Outre-Rhin sur la précarisation des personnes âgées.

Angela Merkel, la chancelière allemande, avec des Personnes âgées lors d'une visite de maison de retraite
Angela Merkel, la chancelière allemande, avec des Personnes âgées lors d'une visite de maison de retraite © AFP / FABIAN BIMMER / POOL / AFP

C’est un phénomène qui touche avant tout ceux qui ont connu de longues périodes d’inactivité professionnelle : des mères de famille, par exemple, qui se retrouvent séparées et qui ont très peu travaillé. Ce sont elles les premières victimes de la pauvreté chez les séniors.

Nous sommes en Allemagne et la personne est que vous venez d’entendre est Peter Hanh, chercheur auteur d’une étude inquiétante sur la pauvreté en Allemagne. En effet, la pauvreté chez les personnes âgées est de plus en plus répandue dans le pays. Selon les résultats parus récemment outre-Rhin, le nombre de retraités pauvres risque d’augmenter considérablement dans les 20 prochaines années. A Berlin, Cyril Sauvageot.

Une fois par semaine, Angelika, 65 ans, se rend dans les locaux de la Tafel, l’équivalent allemand des Restos du Cœur. Pour cette veuve, ancienne employée de bureau, l’aide alimentaire est devenue indispensable.

Je suis retraitée depuis 3 ans, mais je ne touche que le minimum. Pourtant j’ai travaillé une bonne partie de ma vie, mais j’ai longtemps été malade, c’est pour ça que je touche si peu. J’ai du mal à boucler les fins de mois, donc je suis obligée de venir chercher de l’aide. C’est triste que nous soyons aussi nombreux à devoir venir ici à cause de nos petites retraites.

Dans la file d’attente ce matin, les retraités se mèlent aux migrants. Une scène habituelle, explique Frau Fiedler qui dirige l’antenne locale de la Tafel.

Nous accueillons ici un bon nombre de personnes âgées, ce sont pour la plupart des retraités qui reçoivent l’aide de l’Etat. Ce développement de la pauvreté est un phénomène qui touche de plus en plus de seniors, et je sais pour en avoir parlé avec des collègues d’autres régions d’Allemagne, que le problème est général.

D’ici 2036, un cinquième des plus de 67 ans seront menacés par la pauvreté. Ce sont les résultats alarmants d’une étude menée par plusieurs instituts économiques allemands. Parmi les raisons invoquées, la réforme radicale du système de retraites lancée sous Gherard Schröder. Peter Hahn est chercheur à l’institut DIW, co-auteur de l’étude.

Cette réforme a eu pour conséquence de freiner le niveau des retraites, mais le problème pour les retraités d’aujourd’hui et de demain est lié surtout à la précarisation de l’emploi : de plus en plus de périodes de chômage, de mini-jobs, de petits salaires… Et tout cela conduit naturellement à des retraites plus faibles.

A l’approche des élections fédérales de septembre, le sujet s’annonce comme l’un des thèmes majeurs de la campagne. Martin Schulz le candidat social-démocrate propose notamment la mise en place d’une « retraite de solidarité » pour venir en aide aux plus fragiles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.