ParDelphine Simon

Jean-Luc Mélenchon était l'invité de Tous Politique
Jean-Luc Mélenchon était l'invité de Tous Politique © Radio France

On parle beaucoup, ces temps-ci, des allocations familiales, qui pourraient être limitées pour les plus hauts revenus (François Hollande l'a annoncé hier sur France 2).

Pourtant ce n’est pas en France que ces allocations sont les plus élevées, mais en Allemagne. Le leader du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, voit à cela une bonne raison. Il le disait sur Canal+ le 24 février dernier…

Pourquoi les Allemands donnent plus d’argent ? Parce que les Allemands ne font pas d’enfants. C’est un peuple vieillissant et d’ailleurs qui impose à toute l’équipe une politique pour les petits vieux. Et nous, pourquoi nous y arrivons mieux ? Les femmes en France travaillent plus qu’ailleurs, que dans les autres pays d’Europe et en particulier qu’en Allemagne. On ne les culpabilise pas, c’est l’inverse .

Les Françaises travaillent plus que les Allemandes : vrai ou faux ?

C’est faux. Jean-Luc Mélenchon se trompe en disant que les femmes françaises sont plus actives que leurs voisines d’outre Rhin. En 2010, Selon l’institut Eurostat, qui compile pour la Commission européennes toutes les statistiques officielles des pays membres de l’Union européenne, le taux d’emploi des Françaises était plus faible que celui des Allemandes : 60% en France ; 66% en Allemagne.

C’est à Malte que les femmes travaillent le moins en Europe, même lorsqu’elles n’ont pas d’enfants.

Et n’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon, le taux d’emploi des Françaises se situe juste au dessus de la moyenne européenne. Les européennes les plus actives vivent au Danemark, aux Pays-Bas en Suède et bien sûr, en Allemagne.

- Et donc Jean Luc Mélenchon a complètement tort ?

En fait, Jean-Luc Mélenchon a raison si l’on prend en compte un autre paramètre : le temps de travail.

C’est vrai que les Allemandes sont plus nombreuses que les Françaises à occuper un emploi, mais lorsqu’elles le font, c’est aussi plus souvent à temps partiel.

Toujours selon Eurostat, 45% des femmes outre Rhin ne travaillent pas à temps plein, contre un peu moins d’un tiers chez les Françaises.

Cela dit, on est encore bien loin des Néerlandaises, championnes d’Europe du temps partiel : aux Pays-Bas, les trois quarts des femmes actives travaillent moins de 35 heures par semaine.

Les liens

Eurostat

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.