Un reportage de Marion L'Hour

Laurence Parisot
Laurence Parisot © François à L'Imprévu

Comment rassurer les patrons ! L'opération séduction continue aujourd'hui. Les ministres de l'Economie et des Finances, du Budget, du Travail, entre autres, sont attendus à l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas, dans les Yvelines.

Jérôme Cahuzac et Michel Sapin ce matin, Pierre Moscovici ce soir, succèderont au Premier ministre qui a parlé hier.

Le gouvernement joue la réconciliation après les heurts de l'été sur PSA et le sommet social, mais les chefs d'entreprises restent partagés.

A Jouy-en-Josas, ambiance champêtre, douceur estivale et polos roses fournis par le Medef. Le rose, couleur du PS, couleur gaie, bien loin de l'humeur des participants.

Pourtant soignés par le premier ministre dans son discours

Extrait du discours de Jean-Marc Ayrault

Pacte de croissance européen, emplois aidés, banque publique d’investissements, financement réformé de la protection sociale... Jean-Marc Ayrault liste les nombreux engagements du gouvernement.

Ce discours d'apaisement du Premier Ministre, la patronne des patrons l'accueille comme un signe de réchauffement après un été fâché.

Interview de Laurence Parisot

Un discours plus policé que celui de nombreux autres chefs d'entreprises. Ils ne cachent pas, eux, leur déception.

Interviews de chefs d’entreprises

Déçus, entre autres, par ces emplois d'avenir. L'un critique des emplois subventionnés financés au final par les entreprises elles-mêmes. L'autre souligne le décalage : 150 000 emplois d'avenir pour 3 millions de chômeurs.

Olivier Levi, patron de trois PME à la Réunion est également sceptique.

Interview d’Olivier Lévi

Sur le fond, c'est vrai, même la présidente du Medef espère mieux. Elle applaudit les engagements européens, la compétitivité mise en avant par le gouvernement. Maintenant, elle attend des actes.

Interview de Laurence Parisot

Prélèvements obligatoires et flexibilité du travail : comme un refrain qui revient dans la bouche des participants.

Des problèmes à régler d'urgence pour l'automne. Le Medef menace de boycotter les négociations sur les parcours professionnels si la flexibilité n'est pas abordée.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.