Un membre d'un groupe nationaliste en Ukraine
Un membre d'un groupe nationaliste en Ukraine © REUTERS/Maxim Zmeyev / REUTERS/Maxim Zmeyev

En Ukraine, alors que les discussions peinent à déboucher au parlement et que la pression internationale s’accentue pour inciter à une sortie de crise, le gouvernement pointe du doigt les groupes paramilitaires qui organisent la défense des contestataires. Hier, le ministère de l’Intérieur a souligné le caractère "criminel" de ces organisations "non-légitimes".

Ils portent des treillis, des casques, parfois des gilets par balles. Ils sont armés de matraques ou de battes de baseball et s’entraînent en plein centre-ville, à la vue de tous. La ligue d’auto-défense du mouvement de contestation revendique 3 500 volontaires, répartis en une trentaine d’unités.

Protéger les manifestants des violences policières est l’objectif premier de la ligue d’auto-défense. Mais on y trouve aussi certaines factions néo-nazis qui n’écartent pas une insurrection totale. C’est le cas de la nébuleuse Secteur Droit, qui prône une révolution nationaliste et demande le départ du président Ianoukovitch.

A plusieurs reprises, le gouvernement a accusé ces groupes paramilitaires de dissimuler des armes.

Ukraine : la situation à Kiev
Ukraine : la situation à Kiev © Radio France
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.