A la suite du scrutin des européennes, le Front national enverra donc à Strasbourg 25 députés, soit un tiers des eurodéputés français. Voilà ce qu'en dit l'eurodéputée UMP Constance le Grip :

Les députés français seront de moins en moins influents au Parlement européen. Vrai ou faux?

vingt-quatre sièges pour le fn au parlement européen
vingt-quatre sièges pour le fn au parlement européen © reuters

Vrai, car pour être influent au parlement de Strasbourg, il faut envoyer beaucoup de députés dans les deux principaux groupes qui mènent la danse et négocient les lois. Et les deux groupes qui vont continuer de dominer la vie parlementaire, (c'est le choix des électeurs européens), ce sont le Parti Populaire, de centre droit, et le Parti des socialistes et démocrates. Or les Français de l'UMP et du PS y sont moins nombreux qu'avant (à peine 1 sur 2 ; par comparaison, les 2/3 des députés allemands vont siéger dans ces deux groupes). Logiquement, les Français vont donc perdre des postes de pouvoir, sans doute au profit des Allemands et des Italiens

Quant au Front national et ses 24 députés, il va sans doute former un groupe à l'extrême droite, ce qui lui permettra de s'exprimer sur tous les sujets abordés en séance plénière et d'accéder à la présidence d'une commission, sans compter un budget conséquent pour couvrir les frais de secrétariat du groupe. Mais il n'aura qu'une influence très limitée, puisqu'il ne sera que le 6ème ou le 7ème groupe politique à Strasbourg. Yves Bertoncini directeur de la fondation Notre Europe :

L'influence, est-ce uniquement une question de nombre de députés ? Non. Entre aussi en ligne de compte l'expérience des députés. Combien de mandats ont-ils fait ? Sont-ils connus ou reconnus par leurs collègues ? Quelle est leur expertise sur tel ou tel dossier ?

De ce point de vue, la France a perdu dimanche quelques-uns de ses ténors : Catherine Trautman, deuxième de liste ; derrière, le syndicaliste de Florange Edouard Martin n'a pas été réélue. Pas plus que Jean-Paul Gauzès, spécialiste des questions bancaires, relégué en troisième position sur la liste UMP.

Si l'on fait les comptes, sur les 74 députés français, plus de la moitié fera sa première rentrée sur les bancs de l'hémicycle de Strasbourg. Au Front National, à 3 exceptions près, c’est même la quasi-totalité des élus qui n'a aucune expérience parlementaire. Et ça, ça n'aide pas à l'efficacité dans le deuxième plus grand parlement au monde.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.