C'est le thème d'un colloque organisé aujourd'hui par la région Ile-de-France qui tire la sonnette d'alarme sur un phénomène inquiétant.

Les clubs et les associations sportives arrivent en tête des lieux où l'on constate des tentatives d'emprise, de dérives et de basculement. En Seine-et-Marne, à 45 kilomètres à l'est de Paris, dans la commune de Lagny-sur-Marne, le profil des deux entraineurs de l'équipe de football de départementale deux pose un problème.

Quand l'équipe seniors de l'US Lagny Messagers demande aux dirigeants de recruter deux anciens du quartier pour entrainer le groupe des adultes, le président du club a dit oui sans hésiter. 

Mais au fil des matchs on apprends que ces deux meneurs d'hommes, dans les gradins et sur le terrain ont été proches de l'imam Mohamed Hamoumi un religieux en fuite depuis la fermeture par l'état de la mosquée de la ville.

Le maire UDI de Lagny-sur-Marne, Jean-Paul Michel est désemparé :

Ces deux entraineurs étaient fichés S mais il nous n'avons aucun méthode pour détecter les radicaux infiltrés dans des clubs sportifs.

Salles de boxe, clubs d'arts martiaux, stands de tir, futsal, judo : aucune discipline ne serait à l'abri selon Patrick Karam inspecteur de la jeunesse et des sports et vice président de la région Ile-de-France :

Si tous les radicalisés ne sont pas sportifs. quasiment tous ceux qui ont commis des attentats étaient dans des clubs sportifs. On a les moyens aujourd’hui, de pouvoir faire de la veille.

Patrick Karam veut former des référents capables d'intervenir dans les 19.300 clubs franciliens.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.