Le gouvernement veut-il fusionner les missions locales, ces structures associatives dédiées à l'insertion des jeunes, avec Pôle Emploi ? Une note émanant des services du Premier ministre, qui a récemment fuité, propose d'expérimenter un rapprochement, pouvant aller jusqu'à une mise sous tutelle. Pour plus d'efficacité.

À la mission locale de l’Aigle-Mortagne dans l’Orne, les salariés demandent des éclaircissements et la garantie que le réseau ne sera ni fusionné, ni adossé à Pôle Emploi.
À la mission locale de l’Aigle-Mortagne dans l’Orne, les salariés demandent des éclaircissements et la garantie que le réseau ne sera ni fusionné, ni adossé à Pôle Emploi. © Radio France / Claire Chaudière

Une note qui suscite déjà l'indignation  de l'Union Nationale des Missions locales, soutenue par l'association  des maires de France. Ses représentants ont rendez-vous cet après-midi à  Matignon. Ils dénoncent une mesure budgétaire en forme "d'OPA hostile" aux conséquences  potentiellement désastreuses pour le public jeune, le plus en  difficulté, parfois en rupture avec les institutions. Reportage à la mission locale de L'Aigle-Mortagne dans l'Orne, l'une des 436 structures du réseau. 

Deux métiers différents

Sur ce territoire, en zone rurale de revitalisation, avec un quartier prioritaire de la politique de la ville, la mission locale joue un rôle essentiel auprès d'une jeunesse qui souffre d'isolement, martèle sa directrice Marilène Dheygers : "lorsque la nouvelle est tombée on s'est dit c'est pas possible, parce qu'on ne fait tout simplement pas le même métier".

Ici on fait de l'accompagnement professionnel mais aussi personnel ! 

Même si Pôle Emploi est perçu comme un partenaire important de la mission locale par les salariés, force est de constater que certains jeunes sont arrivés ici déçus.

J'avais le sentiment d'être un numéro à Pôle Emploi. Ici on est considéré comme des personnes. Le suivi est plus intense, alors ça avance forcément plus vite à la mission locale. 

Au programme ce matin-là des entretiens individuels et deux ateliers collectifs. Des échanges en groupe primordiaux, explique Mélissa qui coordonne l'un des principaux  programmes de la mission locale, pour retrouver la confiance en soi, et donc l'autonomie : "Ils peuvent s'exprimer. Ils sont valorisés. On a vraiment une spécificité. Qu'on ne soit pas reconnu, ça met en colère..."

Les missions locales mettent l’accent sur l’accompagnement et le travail par petits groupes.
Les missions locales mettent l’accent sur l’accompagnement et le travail par petits groupes. © Radio France / Claire Chaudière

Le risque du traitement de masse 

Colère partagée par Jean-Marie Goussin, adjoint au maire de L'Aigle et président de la mission locale, lui aussi opposé à un éventuel projet de fusion : "Lorsqu'on les voit arriver, ils portent toute la misère du monde sur leurs épaules, ils ont le regard abattu, et puis au bout de quelques temps, on voit qu'ils se sont reconstuits"

C'est une mesure purement financière. Le risque c'est qu'on se retrouve pris dans une logique de traitement de masse, alors qu'on ne fait pas ça ici.

Autant d'arguments qui seront portés tout à l'heure par la délégation reçue à Matignon. 

Les auteurs de cette note émanant des services du Premier ministre justifient de leur côté ces scénarios de rapprochement par la nécessité d'un placement dans l'emploi plus rapide pour les jeunes.

L'UNML s'interroge par ailleurs sur les contradictions gouvernementales, alors que le récent plan pauvreté fait des missions locales un acteur central, notamment de la lutte contre le décrochage des jeunes, avec de nouveaux financements à la clé. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.