Pour la première fois, un capteur sonore a été installé au bord d'une route des Yvelines, en Île-de-France. Objectif : mesurer les nuisances sonores de certains motards qui modifient leur pot d'échappement. À terme, le dispositif permettra de sanctionner les contrevenants.

Le capteur sonore installé au bord de la départementale, dans les locaux de Bruitparif
Le capteur sonore installé au bord de la départementale, dans les locaux de Bruitparif © Radio France / Sébastien Sabiron

C'est un capteur sonore installé en haut d'un mât, au bord d'une route départementale des Yvelines, bien connue des motards : la route des 17-Tournants. Depuis quelques jours, ces micros tests permettent à l’association Bruitparif de mesurer le niveau sonore au bord de cet axe très emprunté, notamment les week-end.

Équipée de quatre micros, cette "Méduse" enregistre les bruits environnants plusieurs fois par seconde. Elle peut créer une sorte de cartographie sonore de l'environnement et prend une photo toutes les quinze minutes grâce à une caméra à 360 degrés.

Pour l'instant, les véhicules sources de nuisance ne sont pas précisément identifiés. Mais à terme, le projet vise à installer un équipement pour relever automatiquement les plaques d'immatriculation et verbaliser les véhicules qui dépassent le niveau sonore indiqué sur leurs cartes grises. Car en la matière, la loi ne fixe pas de seuil sonore maximal. Chaque véhicule, en fonction de sa catégorie répond à une homologation fixée au niveau européen. 

Trois nouvelles méduses seront installées dans la semaines à venir : à Saint-Lambert, près de la première, à Paris ainsi qu'à Villeneuve-le-Roi dans le Val-de-Marne.  La future loi Mobilités prévoit d'expérimenter ces dispositifs pendant deux ans. Les premiers PV ne devraient pas tomber avant 2022. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.