L'exil, ce n'est pas qu'un décompte macabre de morts en Méditerranée, ou une jungle à fermer.

Des exilés sur les routes de la Serbie
Des exilés sur les routes de la Serbie © Getty / Christopher Furlong

C'est une question de point de vue. La question de l'émigration a une facheuse tendance à n'être qu'arithmétique, le décompte macabre des morts en Méditerranée, 3800 morts depuis le début de l'année, le nombre de mineurs évacués de la jungle, les villages accueillants, 10 migrants à Saint Amans Valtoret, dans le Tarn, 663 places crées en Normandie... une litanie de chiffre qui masquent l'histoire de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants qui ont quitté un pays, un boulot, une école, certains étaient profs, écrivain, chauffeur, cuisinier, rock star ou joueur de foot. Des talents, dont la France pourrait aussi avoir besoin.

Quand on regarde notre histoire, ils sont nombreux, ces migrants qui ont fait la France. Serge Gainsbourg, Georges Charpak, Marie Curie, Guillaume Apollinaire, les frères Pétrossian, Nikola Karabatic ... la liste est longue. Et elle va l'être encore plus. Des talents, il y en a sûrement dans les 24 000 personnes que la France s'est engagée à accueillir... Et si on essayait de voir dans l'exil, comme un plus, pour les accueillis, mais aussi pour l'accueillant. Changer le regard, pour une heure au moins, jusqu'à onze heures...

On attend vos réactions, vos témoignages sur grandbienvousfasse@radiofrance.com et au standard au 01 45 24 7000

avec :

  • Velibor Colic écrivain, auteur de Manuel d’exil paru chez Gallimard
  • Marie-Rose Moro, pédopsychiatre, psychanalyste, auteur Des enfants de l'immigration. Une chance pour l'école publié chezBayard
Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.