Quel est l'âge pivot à partir duquel on prend des risques à reprendre une vie sociale comme avant ? Est-ce raisonnable d'envoyer les enfants à l'école ? Vos questions sur le coronavirus, mais aussi un retour sur une lettre de Mme de Sévigné, un conseil série "Skam", et un conseil de documentaire : "A bout de souffle".

L'après confinement
L'après confinement © Getty / Stephane Cardinale - Corbis

Bonjour à tous, soyez les bienvenus en direct de la Maison de la Radio, pour un Grand bien vous fasse qui accompagne votre quotidien confiné.

Au menu 

Le temps de regarder une série ce sera avec le journaliste Xavier Leherpeur qui évoquera la série Skam, disponible sur la plateforme France TV Slash…

Redwane Telha de L’Instant M prendra le temps de regarder la télé. Au programme : le documentaire A bout de souffle, diffusé sur France 3.

Nous prendrons également le temps de réfléchir à notre confinement, en compagnie du rédacteur en chef de Philosophie Magazine Martin Legros, qui reviendra sur une fausse lettre de Madame de Sévigné à Pauline de Grignan.

Vos questions santé sur le Covid-19 

Le confinement a-t-il vraiment servi à quelque chose ? 

Martin Blachier : "Oui, il a permis de réduire de 84% la diffusion du virus. Le risque était que des malades, s'ils avaient été trop nombreux, n'aient pas pu être pris en charge."

Il y aura-t-il une deuxième vague ? 

Martin Blachier : "Il y en a eu dans tous les pays confinés. L’inconnue, c'est la hauteur de la vague. Mais si on respecte des mesures de distanciation, et les gestes "barrière", cela devrait permettre un retour à la normale."

Faut-il prendre des mesures différenciées selon les populations à la sortie du confinement ? 

Martin Blachier : "Je sais que cela fait polémique, mais il le faudrait. Peut-être que les personnes vulnérables devraient rester un peu plus longtemps à la maison, qu'elles évitent les fêtes de famille, et peut-être de voir les enfants."

Baptiste Beaulieu : "Oui, mais attention à l'équilibre entre bienfaits et risques de la solitude. De nombreux patients décompensent psychologiquement en ce moment. Nous sommes des animaux sociaux. On sauve les gens du Covid-19, mais ils sombrent ensuite dans la dépression grave !"

Quel est l'âge pivot, l'âge à risque ? 

Martin Blachier : "70 ans. Même si vous êtes en forme vos défenses immunitaires diminuent. L'inflexion de la courbe est très nette. Mais l'âge de vulnérabilité est plus tôt, si vous avez des signes de comorbidité."

Les enfants sont-ils moins à risque ?
Robert Cohen : "Au début on a pensé qu'ils étaient des réservoirs à virus. Il n'en n'est rien : ils transmettent moins que les adultes, et les formes de Covid-19 dont ils sont atteints sont souvent moins graves en dehors du syndrome de Kawasaki."

Faut-il envoyer les enfants à l'école ? 

Robert Cohen : "Oui. Il faut que les enfants reprennent. Je comprends l'angoisse des parents. Mais le risque de contamination est plus fort entre adultes."

Qu'est-ce que le syndrome de Kawasaki ? 

Robert Cohen : "C'est un syndrome inflammatoire post-infectieux, qui se soigne avec de l'immunoglobuline."

avec : 

  • Baptiste Beaulieu, médecin généraliste, responsable d'un centre Covid à Toulouse
  • Martin Blachier, médecin de santé publique, dirigeant de Public health Expertise
  • Robert Cohen, Pédiatre infectiologue Hôpital Intercommunal de Créteil

Le temps de réfléchir : lettre de Madame de Sévigné à sa fille Pauline de Grignan un pastiche qui révèle notre besoin d'être consolé

Avec : Martin Legros qui propose de réfléchir à  partir d'un document viral qui circule depuis vendredi sur le net - une très belle lettre de Madame de Sévigné à sa fille Pauline de Grignan qui aurait été rédigée en 1687 au moment d'une épidémie ravageuse en France

Madame de Sévigné à sa fille Pauline de Grignan
Jeudi, le 30ème d'avril de 1687
"Surtout, ma chère enfant, ne venez point à Paris ! Plus personne ne sort de peur de voir ce fléau s’abattre sur nous, il se propage comme un feu de bois sec. Le roi et Mazarin nous confinent tous dans nos appartements.  Cela m’attriste, je me réjouissais d’aller assister aux prochaines représentations d’une comédie de Monsieur Corneille "Le Menteur", dont on dit le plus grand bien.
Nous nous ennuyons un peu et je ne peux plus vous narrer les dernières intrigues à la Cour, ni les dernières tenues à la mode.
Heureusement, je vois discrètement ma chère amie, Marie-Madeleine de Lafayette, nous nous régalons avec les Fables de Monsieur de La Fontaine, dont celle, très à propos, « Les animaux malades de la peste » ! « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » Je vous envoie deux drôles de masques ; c’est la grand'mode. tout le monde en porte à Versailles. C’est un joli air de propreté, qui empêche de se contaminer,
Je vous embrasse »

En réalité, c'est un pastiche (Pauline de Grignan n'est pas la fille de Madame de Sévigné, mais sa petite fille; Mazarin mort en 1661 ne pouvait pas avoir décidé d'un confinement en 67 et il n'y a aucune trace historique d'épidémie à ce moment-là en France....

LIRE | Que nous révèle cette belle lettre de Mme de Sévigné à sa fille ?

Le temps de regarder une série : "Skam"

avec Xavier Leherpeur : Pourquoi regarder "Skam" sur France.tv slash ? 

Le temps de regarder la tv : "A bout de souffle"

Avec Redwane Telha  : "À bout de souffle", c'est le nom de ce documentaire qui nous propose une plongée dans le monde de celles et ceux qui sont en première ligne dans cette guerre contre le coronavirus. Ceux-là même que l'on applaudi tous les soirs à 20h00 sans rien connaître de leur vie : les infirmières et les infirmiers. 

Après avoir vu ce documentaire,, on a l'impression de comprendre un peu mieux ce qu'ils endurent en ce moment. Grâce à un procédé ingénieux : au début de la crise, le réalisateur du film a confié une caméra à une infirmière pour qu'elle filme tout de son quotidien et de celui de son équipe. Pour que l'on puisse vivre avec elle cette période infernale."

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.