Et si pour préserver ses propres intérêts, notre cerveau était devenu notre pire ennemi en nous poussant à détruire notre planète, en consommant et produisant toujours plus.

Pourquoi notre cerveau nous pousse-t-il à plus consommer ou produire ?
Pourquoi notre cerveau nous pousse-t-il à plus consommer ou produire ? © Getty / Martine Mouchy

Si je vous dis qu’à l’horizon 2100, le niveau des océans grimpera de 7 ou 8 mètres… Que plus d’1/3 des terres habitables seront submergées…

Il y a de fortes chances que vous trouviez cela moins gênant que de renoncer, maintenant, là tout de suite, à votre smartphone, à une connexion internet ou à un voyage en avion, facteur de réchauffement climatique.

Ne vous inquiétez pas, votre cerveau et le mien sont exactement câblés de la même manière.

Nous avons souvent du mal à nous projeter dans le futur et sommes soumis à la domination du « tout, tout de suite ». Nous sommes quasiment tous menés à la baguette par un très vieux principe de plaisir, qui guide notre encéphale depuis qu’homo sapiens a couvert la surface de la Terre…

Nous verrons, pourquoi notre cerveau est notre pire ennemi, qu’il est doté de failles qui nous conduisent à mettre en danger notre planète, en produisant, en consommant, toujours plus…

Toutes vos questions et réaction au 01 45 24 7000, sur l’appli France Inter et sur la page Facebook de GBVF.

avec 

  • Sébastien Bohler, Rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho, docteur en neurosciences, auteur de Le Bug Humain ed.Robert Laffont 

La petite philosophie de la vie quotidienne Thibaut de Saint Maurice

Demain, à quelques semaines des élections européennes, nous donnerons de la chair à ce vieux continent, en vous proposant quelques destinations pour un week-end en Europe. On évoquera également le tourisme de masse qui étouffe des villes comme Barcelone ou Venise. Et vous quelles sont les villes européennes que vous aimez, quelles sont vos adresses secrètes, insolites ? 01 45 24 7000 et sur la page Facebook de GBVF!

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.