L’année dernière, en 2019, près d’un couple sur six a consulté pour un problème de fertilité. Comment comprendre la baisse de la fertilité masculine ? Quelle est l’ampleur du phénomène, quelles sont les principales causes de cette baisse de la fertilité et existe-il des moyens de l’empêcher ?

Comment expliquer la baisse de la fertilité ? Ici des spermatozoïdes dont le nombre diminue.
Comment expliquer la baisse de la fertilité ? Ici des spermatozoïdes dont le nombre diminue. © Getty / SEBASTIAN KAULITZKI/SCIENCE PHOTO LIBRARY

L’année dernière, en 2019, près d’un couple sur six a consulté pour un problème de fertilité, et dans presque la moitié des cas, l’infertilité concernait les hommes ! Vous me direz c’est pas forcément étonnant puisqu’ils constituent la moitié des personnes qui consultent, mais c’est une infertilité encore largement taboue et surtout mal connue parce qu’il y a encore trop peu d’études scientifiques sur ses causes et ses conséquences. 

Pourtant les quelques estimations qui existent sont inquiétantes : ces 40 dernières années, la concentration moyenne du sperme aurait diminué de moitié chez les hommes des pays occidentaux ! 

On le sait, on le dit : il ne faut pas mettre son téléphone portable dans son jean… Mais est-ce la seule cause de cette infertilité masculine ? 

Est-ce qu’on mange trop ? Pas assez équilibré ? est-ce qu’on ne fait pas assez de sport ? est-ce qu’il y a trop de pesticides ? Quelle sont donc les causes de cette baisse de fertilité ? Quel est l’ampleur du phénomène et quels traitements peut-on espérer ? 

Et puis comment vit-on cette infertilité ? pourquoi est-ce si difficile encore d’en parler ? à sa compagne, à sa famille, à ses amis ? Est-ce qu’il y a des manières d’aborder le problème qui seraient plus faciles que d’autres ? 

Et puis on en parlera avec vous, chers auditeurs !  Décrochez vos téléphones pour nous faire part de vos questions ou de vos témoignages, le standard est ouvert au 01 45 24 7000, ou si vous préférez, tapotez sur vos claviers et envoyez nous vos messages sur l’appli France Inter ou la page Facebook de l’émission ! 

avec 

  • Vincent Izard, chirurgien, urologue, andrologue, dans plusieurs hôpitaux parisiens
  • Anthony Giwerc, chef de clinique en urologie à l'hôpital Saint-Louis
  • Stéphanie Krystlik, de association collectif Bamp

Chronique Baptiste Beaulieu 

Demain on s’intéresse à ce qui reste du romantisme à l’heure des applis de rencontre et des émissions de télé réalité…Est-ce que le romantisme est mort ou a-t-encore de beaux jours devant lui…. Dites nous, racontez-nous s’il faut sauver le romantisme sur la page Facebook de GBVF

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.