Il y a 25 ans on n'osait pas parler d'intelligence, ni d'émotions concernant les animaux. Qu'est-ce que l'éthologie ? Comment les animaux montrent de l'empathie ? Leurs émotions ? Comment manifestent-ils leur intelligence ?

Intelligence, empathie, émotion... que se passe-t-il dans la tête de nos animaux ?
Intelligence, empathie, émotion... que se passe-t-il dans la tête de nos animaux ? © Getty / Alexandre Thibeault / EyeEm

Depuis un quart de siècle, la science apporte la preuve constante que les animaux sont doués d’émotions élaborées, capables de pensée, d’empathie, d’avoir une conscience de soi, et même de ressentir une forme de sens de la justice.

Nous autres humains sommes de plus en plus nombreux à considérer l’animal comme le sujet de sa propre vie, et non plus comme un simple objet, dont nous serions maîtres et possesseurs.

Assiste-t-on à un changement de paradigme dans notre rapport à l’animal, d’un point de vue philosophique, juridique, scientifique ?

Nous nous glisserons notamment dans la tête des chiens et des chats pour mieux appréhender l’intelligence animale.

Pour en parler, l’éthologue Jessica Serra, le psychiatre vétérinaire, Claude Béata, et la philosophe Joëlle Proust.

L'animal comme sujet de sa propre vie

Jessica Serra : "Il y a beaucoup de personnes qui sont encore sceptiques, qui n'ont pas la connaissance, en fait, des expériences scientifiques qui ont été réalisées jusqu'à aujourd'hui. Parce qu'aujourd'hui, en fait, on ne peut plus nier l'existence de ces émotions complexes, et on a des centaines, voire des milliers d'expériences qui viennent souligner à la fois l'intelligence animale, leurs capacités cognitives et l'existence d'émotions complexes. 

On n'est plus au stade de simples émotions, mais on a vraiment des émotions qu'on appelle complexes, mais du type empathie ou attachement qui existent réellement chez l'animal. 

Et donc, au regard de ces nouvelles découvertes. Il faut vraiment s'interroger aussi sur le traitement des animaux tel qu'il est aujourd'hui, et pas seulement celui de nos animaux de compagnie, évidemment, mais celui de tous les mammifères, voire de tous les autres animaux. Parce que c'est une vraie question de société aujourd'hui."

Qu'est devenu notre quotidien avec les animaux ?

Pour Jessica Serra, la familiarisation qu'on a avec notre animal est une question importante aussi. On sait aujourd'hui que, justement, les animaux d'élevage, on ne vit plus avec eux au quotidien. Je parle de la majorité des gens, pas des paysans. 

Donc les positionne dans une espèce de masse diffuse où finalement, on ne veut plus rien savoir de ces animaux-là. On ne veut plus rien savoir parce qu'on ne vit plus avec eux. 

"On a démontré scientifiquement que le fait de ne pas vivre à proximité immédiate d'un animal nous fait perdre notre capacité à détecter des émotions chez ces animaux. Et qu'en plus, comme ces animaux sont dits consommables et sont destinés in fine à être mangés pour leur chair, ça nous arrange bien quelque part de ne pas nous poser ces questions là." 

Est-ce que des expériences montrent que les animaux peuvent faire preuve d'empathie ? 

Claude Béata : "Beaucoup d'expérience sur l'empathie ont été menées avec les rats. Par exemple, il y a celle où un rat est emprisonné. Et puis il y a une friandise qui est accessible et on va voir que la majorité des rats vont d'abord libérer le rat prisonnier et partager ensuite la friandise." 

Jessica Serra : "Alors on sait que le comportement maternel, notamment, c'est la preuve, j'allais dire, la plus symbolique de l'empathie chez les mammifères. Une mère est attachée à ses petits. Et lorsque, par exemple, un chaton est prélevé du nid et qu'il émet des vocalisations, la mère va tout de suite se mettre à aller chercher son chaton. 

Est ce que le chat ne pourrait pas aussi éprouver de l'empathie envers l'être humain ? 

Des chercheurs ont mené une recherche d'envergure. Le propriétaire présente plusieurs états émotionnels, soit une mine très joyeuse, amicale et, à l'inverse, une mine colérique. Ils ont analysé les comportements du chat vis-à-vis de ses propriétaires. Et ce qu'ils ont montré, c'est que effectivement, le chat va très bien détecter les émotions de son maître et va ajuster ses comportements. 

Lorsque le maître va avoir un visage amical ou parce qu'il va parler de manière joviale, le chat va tout de suite s'approcher, solliciter l'interaction. En revanche, devant une mine colérique, il ne va pas s'approcher de son maître. Ceci dit les chercheurs n'ont pas conclu à l'empathie parce qu'il peut s'agir de pur conditionnement associatif." 

L'animal peut anticiper des émotions négatives

En tant que vétérinaire psychiatre, Claude Béata témoigne qu'ils ont souvent à traiter des animaux phobiques. Par exemple ces animaux qui ont une peur absolue d'aller dans la rue parce qu'ils n'y sont pas habitués. Les propriétaires vont décrire un animal qui anticipe qui, quand il voit la laisse, refuse et va se cacher. Donc, avant cette anticipation, il faut bien avoir une notion de peur. 

L'émotion qui va surgir va être une émotion négative.

La suite est à écouter...

ALLER PLUS LOIN

🎧 ÉCOUTER | Partageons-nous les mêmes émotions que les animaux ?

🎧 ÉCOUTER | Comprendre l'intelligence animale, avec le grand éthologue et biologiste Frans de Waal

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.