Sommes-nous en train de vivre une crise du temps ? C'est la thèse soutenue par Thomas Friedman dans son livre "Merci d'être en retard". Thomas Chauvineau fait le point.

Est-ce que tout va trop vite ?
Est-ce que tout va trop vite ? © Getty / Yiu Yu Hoi

"Merci d'être en retard"... C'est le titre d'un livre, celui de Thomas Friedman, dont le sous-titre est "survivre dans le monde de demain"...

Ce n'est pas n'importe qui Thomas Friedman, éditorialiste au New York Times, trois fois prix Pulitzer. Sa thèse est la suivante : nous sommes largués parce que ce monde va très vite, et de plus en plus. Avec la loi de Moore, les ordinateurs doublent leurs capacités tous les deux ans, voilà que les robots se mettent à devenir coursiers, conseillers bancaires, auteurs de dépêche d'agence de presse et bientôt chauffeurs de bus...

Et nous, n'avons même pas eu le temps de dire "ouf". Nous ne savons pas nous adapter à la vitesse avec laquelle le monde change. Alors que faire ?

Se mettre en retard pour prendre le temps de réfléchir, comme le dit Friedman... ou alors, sans céder à la panique,se dire que l'homme a toujours su apprivoiser le progrès ...Tout va très vite, c'est vrai...

Le monde, et particulièrement celui du travail, change. Comment y trouver son rythme ? Son propre tempo, on en parle pendant une heure, et une heure... ça peut passer vite !

Pour en parler, Ali Rebeihi reçoit :

  • Vincent Giret, rédacteur en chef au "Monde" et chroniqueur économique sur France Info
  • Alexandre Gérard, " Le patron qui ne voulait plus être chef" ed.Flammarion
  • Jean-Yves Boulin, sociologue, chercheur au CNRS

Aller plus loin

►ECOUTEZ | L'éditorialiste Thomas Friedman au micro d'Alexandra Bensaïd

► (RE)ECOUTEZ | LA PETITE PHILO - Est-ce si grave d’être en retard ?

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.