Des villes à taille humaine devenues plus que jamais attractives : vont-elles connaitre un engouement après ce confinement qui a mis en lumière le coût, et l’exiguïté des logements dans les grandes villes ? Effet passager ou tendance lourde ? Les Français vont-ils quitter les grandes villes pour de plus petites ?

Les Français vont-ils se ruer dans les villes moyennes ? Ici Cholet
Les Français vont-ils se ruer dans les villes moyennes ? Ici Cholet © Getty / Tang Romain / EyeEm

Bonjour à tous, soyez les bienvenus dans Grand bien vous fasse…

On se demande si les villes moyennes, les petites villes vont connaître un engouement, après la crise du coronavirus.  Avec le rêve d’une maison individuelle avec jardin dans une ville à taille humaine, loin des grandes métropoles asphyxiés par la densité humaine, la pollution, les logements trop chers, le stress et des espaces verts insuffisants. Et vous, avez-vous le projet de quitter une grande ville pour une plus petite ?

Extraits de l'émission : 

"Une ville où il fait bon vivre, est celle où l’on trouve tout : des commerce, des lieux de culture, et des transports accessibles, mais qui a un lien avec la nature proche."

"Dans le discours, les habitants de grandes villes sont prêts à partir pour de plus petites villes, mais il est trop tôt pour savoir s'ils passeront effectivement à l'acte."

"Sur le site Seloger.com : trois acquéreurs sur dix ont mis leur projet (achat, vente etc..) en pause, mais 52% l'ont maintenu. Et si avant la crise, les recherches d'appartements ou de maisons étaient au coude à coude, aujourd'hui 2/3 des chercheurs de logement veulent des maisons. Si possible avec "extérieurs" : jardin, piscine..."

"Si les citadins quittent paris ou Lyon pour une maison avec piscine en périphérie, ce n'est pas mieux. il y a un risque d'étalement urbain. Il faut réinvestir le centre-ville !"

N’hésitez pas à nous appeler  01 45 24 7000 et sur la page Facebook de GBVF

avec

  • Aziza Akhmouch 
  • Olivier Razemon
  • Thierry Paquot

Le Temps de regarder une série : "Papa poule"

Le journaliste Olivier Delcroix prendra le temps de regarder une série. Au programme une série vintage des années 80, Papa poule. Cette série, où un dessinateur est enfermé chez lui, rappelle au journaliste ce qu'il a vécu pendant le confinement. Papa poule, c'est l'histoire d'un dessinateur se trouve à gérer seul ses quatre enfants ; Juliette, Paul, Claire et Eva. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le temps de regarder la télé : "Pinocchio"

Redwane Telha de L’Instant M prendra le temps de regarder la télé, au menu ce matin le Pinocchio de Matteo Garone.

"C'est un film sublime. On aurait aimé le voir sur grand écran, c'est un peu frustrant de le regarder dans ces conditions. Et puis, je suis sûr que ça aurait été un joli succès au box-office ici : en Italie où il est sortie en salles, il a été vu par plus de 2 millions de personnes. Ils existaient avant celle-ci de très nombreuses adaptations du roman de Carlo Collodi, la plus connue étant bien évidemment celle de Disney. Mais c'est la première fois, à mon sens, que l'on insiste autant sur la dimension religieuse de Pinocchio. 

Matteo Garrone enchaîne les tableaux bibliques. Tout y est. La naissance de l'enfant au milieu des bêtes. La résurrection. Jonas et la baleine. Sans oublier qu'on répète tout au long du film que Pinocchio n'est pas un vrai petit garçon parce qu'il a cédé à ses bas instincts. Et qu'il restera pantin tant qu'il ne choisira pas le chemin du repentir. C'est un Pinocchio plus dur, plus sombre, plus triste aussi que ses précédentes adaptations. En toile de fond, l'Italie pauvre de la fin du 19ème siècle. La misère est partout. À part dans le cœur de Gepetto qui pardonne tous les écarts de son petit pantin."

Le temps de réfléchir à notre déconfinement : la liberté avec Jean-Jacques Rousseau

Ce sera avec l’écrivain Ollivier Pourriol… "On ne s'aperçoit d'une chose que quand on l'a perdue. Pour la liberté, c'est pareil... En nous en privant, on nous a rendu le goût de la liberté."

Vers 10 heures moins 5, vous retrouverez la chronique de Tanguy Pastureau…

Avec aujourd'hui, l'éloge du naturisme.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.