Comment reprendre sa vie en main ? Quels sont les freins psychologiques qui nous entravent ? Comment traduire ses envies profondes en actes ? Comment faire face aux contraintes extérieures qui nous empêchent de changer de vie ? Quelques clés pour oser changer de vie…

Comment oser le changement de vie ?
Comment oser le changement de vie ? © Getty

Oser changer de job, de ville, quitter un couple qui ne convient plus, s’adonner pleinement à une passion essentielle dans son existence… Bref, oser reprendre sa vie en main… Une question qui nous taraude plus que jamais depuis le début de cette crise sanitaire, sans précédent dans l’histoire récente de notre pays…

Il est a priori difficile de changer de vie. On n'en a qu'une, en revanche, il est possible de changer quelque chose dans sa vie.

Première étape : faire un bilan avec soi-même 

Frédéric Fanget, psychiatre : "On pourrait distinguer quand même deux cas très différents. A savoir les gens qui sont un peu insatisfaits de leur vie et qui n'osent pas changer. Et ceux qui subissent un événement de vie (traumatisme, accident...)"

Si vous faites partie de ceux qui n'osent pas, et pourtant ressentent le besoin de changer, alors vous pouvez consulter un spécialiste pour vous aider. Car de l'aveu de Frédéric Fanget, ce sont souvent des freins psychologiques qui empêchent de passer à autre chose.

On va amener nos patients à faire un bilan honnête et authentique avec eux mêmes. Quels sont leurs points forts ? Quels sont les points faibles ? Peut être voir ce qui les freine. 

Le professionnel met cependant en garde : attention à ne pas idéaliser une vie meilleure. Il n'y a évidemment aucun mal à préférer le confort de sa propre vie. Encore une fois, Frédéric Fanget souligne que l'on peut avoir une vision psychologiquement fausse de sa vie, et auquel cas ce n'est pas forcément un changement dont on aura besoin. Mais tout du moins d'une écoute pour établir un bilan de vie

Deuxième étape : changer une chose à la fois

Frédéric Fanget, psychiatre : "C'est ce qu'on conseille, nous. Par exemple, vous savez, quand on suit des gens qui sortent d'une dépression, on leur dit toujours ne changez pas tout à la fois. Reprenez les choses progressivement. 

Nous pensons qu'il est plus simple de changer un des pans de sa vie que tout à la fois.

F.F : "L'équilibre personnel, c'est comme une chaise à quatre pieds. Ça repose sur quatre grands pôles de vie. Le pôle qu'on appelle intime, ce sont les relations de couple, les relations avec nos parents, nos enfants. Le pôle amical sont des relations amicales. Le pôle professionnel, soit en rapport avec notre travail. Et enfin le pôle social, à savoir nos rapports dans la société." 

Trouver des alternatives au changement radical

Frédéric Fanget : "Je me souviens d'un de mes premiers patients qui était dans un boulot qui ne lui plaisait pas. Il avait quand même un niveau d'ingénieur. D'ailleurs, c'est un des premiers à avoir fait de la radio libre à Lyon. C'était un passionné de radio, de musique, de jazz. C'était un monsieur très organisé, très dans le contrôle. Toute la question était de savoir s'il allait changer de vie pour aller vivre de ses passions artistiques. Mais avec la difficulté d'en vivre alors qu'il avait un bon salaire. L'autre possibilité était de faire les deux. Et c'est ce qu'il a fait finalement. Et ça a été l'équilibre qu'il a trouvé. On est tous différents."

Il y a des intermédiaires, bien sûr, entre changer de vie ou rester dans ma vie. On peut compléter sa vie par une autre activité. 

Ça serait bien que les entreprises françaises comprennent que parfois, les gens ont besoin de compléter, par exemple, un travail par une deuxième activité. 

Une émission avec la complicité du mensuel Ça m’intéresse !

avec

  • Caroline Péneau, journaliste à Ca m'intéresse
  • Frédéric Fanget psychiatre, psychothérapeute, auteur de Oser ed.Odile Jacob
  • Christelle Capo-Chichi, médiatrice culturelle, enseignante, autrice de Libre de changer de vie ed.Diateino

Choses (presque) vues Eric Libiot

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.