Certains salariés s'y sont mis pendant le confinement dans des conditions pas toujours terribles. Et d'autres continuent. Quelles sont les bonnes pratiques ? Quels sont les pièges à éviter ? Mais aussi un conseil lecture pour les petits, de la philo et de l'humour.

Le télétravail
Le télétravail © Getty / Maskot

Le télétravail

Extraits de l'émission : 

"Avant le confinement, le télétravail concernait 3% des salariés."

"On télétravaille moins en France que dans les autres pays. Le résultat d'une culture managériale qui préfère avoir ses troupes sous les yeux pour s'assurer qu'elles travaillent."

"Il y a un besoin fort de sociabilisation dans le travail."

"La base du télétravail : la confiance entre le collaborateur et son supérieur. Sinon il peut y avoir tentation de plus de surveillance côté hiérarchie, et surcroît de travail, coté salarié qui culpabilise de ne pas en faire assez."

Le télétravail, ce doit être sur la base du volontariat et pour un mieux-être du salarié.

"Le mieux, c'est pas plus de deux jours par semaine. Au delà, on a du mal à conserver le sens de son travail."

"Si on réfléchit autour d'une table à une idée nouvelle ou dans une réunion en visioconférence, le résultat n'est pas le même. La créativité est meilleure en présentiel."

"Le télétravail doit être préparé, réfléchi, organisé et nécessite une adhésion collective, contrairement à ce qu'il s'est passé avec le télétravail pendant le confinement."

"Garder des rituels de sociabilisation, s'organiser un cadre de travail agréable, ne pas arrêter de structurer son temps, et alléger son emploi du temps. Pour les supérieurs : tendre vers l'idée de manager-serviteur."

"Il faudrait que l'assouplissement horaire du télétravail infuse le travail en présentiel en entreprise."

En partenariat avec Le 1

avec :

  • Julien Bisson, redacteur en chef du 1 Hebdo
  • Danièle Linhart, sociologue
  • Nelly Magré, consultante en ressources humaines, Le télétravail pour les nuls ed.First
  • Alexandre Jost, La fabrique Spinoza

Le temps ds P'tits Loups : Devine combien je t'aime de Sam Mac Bratney et illustré par Anita Jeram   

Avec Denis Cheissoux : ce livre sur l'amour est à lire dès 4 ans (Ed. Pastel)

Les humoristes de France inter 

Avec Nicole Ferroni

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.