Leur objectif est d'évaluer la qualité nutritionnelle des produits alimentaires que nous achetons en supermarché. On s'intéresse à la fiabilité de ces applications-vedette de plus en plus présentent dans nos smartphones. Y a-t-il des risques à trop vouloir contrôler et personnaliser ce que nous consommons ?

Que valent les applications qui répertorient les aliments bons ou mauvais pour notre santé ?
Que valent les applications qui répertorient les aliments bons ou mauvais pour notre santé ? © Getty / PeopleImages

Scanner pour mieux maîtriser son alimentation ?

Yuka ou encore Open food facts, nous sommes de plus en plus nombreux à scanner le code barre de ce paquet de madeleine qui nous fait de l’œil, de ces céréales fourrées au chocolat qui nous aguichent, ou encore de ces tortellinis farcies aux champignons qui dansent du ventre… Des produits que nous reposons soigneusement, en cas de notations dans le rouge culpabilisant… Cette personnalisation de notre organisation nutritionnelle nous invite à nous interroger sur la fiabilité et la viabilité de la numérisation des compositions alimentaires via ces appli. 

Comment sont élaborées ces applications ? Sont-elles fiables ? Sont elles un nouveau diktat qui mise sur la culpabilisation alimentaire du consommateur en vue d'atteindre un bien-être garanti ? Comment de leurs côtés les industriels réagissent-ils face à ce phénomène ? Quels sont les risques à trop vouloir contrôler tout ce que l’on mange ? Comment ne pas tomber dans l’obsession du manger toujours sain ? Bref, ces applis nous empêchent-elles de manger en paix ? 

Et vous qu'en pensez-vous ?

Quel regard portez-vous sur les applications type "Yuka" ou encore "Open Food Facts" ? Etes-vous un adepte ou bien un contempteur ? Partagez avec nous votre témoignage, votre expérience au 01 45 24 7000 ; sur l’appli France Inter, sans oublier la page Facebook de Grand Bien Vous Fasse ! 

Avec nous

  • Le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste, auteur de "Lâchez du lest, mangez en paix" (Flammarion)
  • Pierre Slamich, co-fondateur de l’association Open Food Facts  
  • Antony Fardet (par téléphone)
  • Barbara Bidan, directrice santé et alimentation durable chez Fleury michon (par téléphone)

La Chronique Baptiste Beaulieu

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.