Quels sont les enjeux et les problèmes posés par l’enseignement de la Shoah dans les établissements scolaires ? Faut-il parler de « devoir de mémoire ? Est-il vraiment difficile d’enseigner la Shoah dans certains établissements, à l’heure des concurrences des mémoires ?

Un enfant devant un mur de valises de déportés dans le musée de Gdansk
Un enfant devant un mur de valises de déportés dans le musée de Gdansk © Getty / Omar Marques/SOPA Images

Enseigner l'histoire, transmettre la mémoire...

Voici quelques questions que nous poserons à Raphaël Esrail déporté au camp Auschwitz-Birkenau et qui rencontre sans cesse élèves et enseignants… Avec nous également, deux professeurs d’histoire-géographie dans le secondaire, Christine Guimonnet et François Da Rocha.

Raphaël Esrail, est président de l’Union des déportés d’Auschwitz, né le 10 mai 1925 à Magnésie en Turquie. C’est l’un des derniers Juifs français rescapés des camps d’exterminations. Au camp d’Auschwitz, il portait le matricule 173 295. Le 8 janvier 1944, le cours de son existence bascule. Il a 18 ans quand il est arrêté, torturé, puis déporté. A cette époque, il appartient au réseau de résistance juive la 6ème… 

Dans le premier camp, à Drancy, il tombe amoureux de Liliane Badour, 19 ans, arrêtée à Biarritz avec ses deux frères, René 13 ans et Henri, 17 ans. Il écrit son témoignage et le sien dans L’Espérance d’un baiser publié chez Robert Laffont. C’est sa petite fille Aurélie qui lui a demandé d’écrire ce livre… Ce livre sobre, sans pathos, au plus près des faits, sans description spectaculaire, sans haine. Du côté de la vie.

Nous attendons vos questions au 01 45 24 7000, par courriel, sur l’appli France Inter et notre page Facebook.

avec 

  • Raphaël Esrail, ancien résistant, déporté à Auschwitz, L'espérance d'un baiser ed. Robert Laffont
  • François Da Rocha, vice-président de l'APHG et professeur au lycée Jean-Moulin à Roubaix
  • Christine Guimonnet, professeur d'histoire-géographie au lycée Camille Pissarro de Pontoise et membre de la commission enseignement de la Shoah à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
  • Au téléphone : Colette Zeif, Ne dis pas ton nom et cache toi  ed. de L'harmattan

Chronique Giulia Foïs

Demain, on s’intéresse à nos poils et nos cheveux qui ont beaucoup d’histoires à nous raconter en partenariat avec le mensuel Ça m’intéresse…

Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.