Les animaux souffrent-ils des mêmes pathologies psychiatriques que les animaux humains que nous sommes ? Les chats peuvent-ils souffrir de dépression ? Les canaris enfermés dans leurs cages, de neurasthénie ? Que penser de ce chien qui tente d’attraper sa queue sans raison objective ?

La folie est-elle le propre de l'homme ? Qu'en est-il des troubles qui peuvent toucher les animaux ?
La folie est-elle le propre de l'homme ? Qu'en est-il des troubles qui peuvent toucher les animaux ? © Getty / Rudy Langoux / EyeEm

Que penser de ce chimpanzé qui semble frappé de comportement qui ressemble à la bipolarité ?

Quelles sont les folies qui nous sont communes humains et celles spécifiques aux animaux ?

Dans quelle mesure sommes-nous la source de leurs dérèglements psychiques ?

C’est aussi l’occasion de s’interroger ce matin sur la notion de folie… 

Retrouvez ci-dessous des extraits de l'entretien

La folie animale est souvent une vision humaine reportée sur l'animal

MK : "Si la folie est consubstantielle à la vie, le terme lui-même est difficilement applicable à la vie sauvage et en nature parce que les animaux, pour vivre et survivre, ont des attitudes que, nous, on ne considère pas du tout de la manière en tant qu'humains, mais ils ont leur propre sens, leur propre instinct, leur propre interaction à la vie". 

Les animaux ressentent aussi du plaisir 

Les animaux, loin d'être des espèces qui choisissent des choses à faire pour des raisons utilitaires, choisissent aussi de se comporter de telle ou telle manière parce que ça leur procure du plaisir ou leur évite des déplaisirs. 

GC : "Chez les chats, les chiens, les animaux vertébrés en général, les risques de voir de l'anxiété, des dépressions, sont communs à ce qui se passe chez l'homme. Leur cerveau est très proche du nôtre".

MK : "Ce sont des êtres hédonistes qui recherchent des plaisirs et évitent des déplaisirs. Donc, si on est brimé dans sa recherche de plaisir, va s'ensuivre un certain nombre de troubles, notamment des troubles comportementaux et des pathologies mentales". 

Yolaine de La Bigne : "Le plaisir est partagé par absolument tous les êtres vivants". 

C'est pourquoi ils peuvent aussi être anxieux et déprimer

De nombreuses recherches montrent que la séparation entre la mère et son petit peut avoir un retentissement dans la vie adulte de l'animal. Des chercheurs ont observé des manifestations de stress, d'anxiété ou de dépendance accrue aux substances addictives.

MK : "L'anxiété et la dépression sont des phénomènes très répandus chez les animaux. C'est un phénomène de défense très fréquent, notamment, chez ceux qui naissent pour être des proies". 

▶︎ La suite à écouter…

Avec 

  • Michel Kreutzer : éthologue, professeur émérite de l’université Paris-Nanterre, dont il a été directeur du laboratoire d’éthologie

Livre : Folies Animales. Le Pommier, septembre 2021.    

  • Yolaine De La Bigne : Fondatrice de l’Université d’été de l’animal, et de la Journée mondiale des intelligences animales. 

Livre : Mon Année Zéro Souffrance Animale. Leduc, septembre 2021.    

  • Georges Chapouthier : Neurobiologiste et docteur en philosophie, membre de la Fondation Droit Animal Éthique et Sciences. Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialisé en neurosciences.  

Livre : Sauver l’Homme par l’Animal (Odile Jacob, novembre 2020).    

Les chroniques de Christophe André et Marie-Laure Zonszain. 

L'équipe