L'histoire du renard sans queue qui vit à Orly a tellement touché le couturier designer Jean-Charles de Castelbajac qu'il en a fait un des personnages qui illustre la fresque réalisée pour l’aéroport.

Tous les matins, le renard saute sur la tondeuse pour repérer ses proies à la lueur des phares de la machine
Tous les matins, le renard saute sur la tondeuse pour repérer ses proies à la lueur des phares de la machine © Getty / picture alliance

La nature est la plus grande source d'inspiration de Jean-Charles de Castelbajac. Elle est très présente dans ses défilés mais aussi dans les fresques qu’il est amené à peindre,

La fresque de l’aéroport d'Orly

Ce fut le cas lorsqu'il a peint celle d’Orly . Pour la réaliser, il s’est appuyé sur les témoignages recueillis auprès des voyageurs mais aussi auprès du  personnel de l’aéroport.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le renard sans queue

C 'est ainsi qu'une personne chargée de tondre le pourtour des pistes est venue voir le couturier pour lui dire : "tous les matins j'ai un compagnon qui vient avec moi tondre" et la personne d'ajouter "C'est un renard sans queue"

Il saute sur le tracteur

Intrigué, Jean-Charles de Castelbajac demande des explications. L'homme lui confie que tous les jours, au petit matin, vers 5 heures, lorsqu'il arrive au bout des pistes, il y a un renard qui l'attend. Il se met dans la lumière des phares comme pour signaler sa présence. Et quand le tracteur-tondeuse arrive à sa hauteur, il saute sur la machine et s'installe. Il repère ainsi  les lapins qu'il va pouvoir attraper sans trop se fatiguer. Ce compagnonnage dure depuis 4 ans.

Jean-Charles de Castelbajac, couturier, au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe