Une navigatrice atteinte d'une maladie génétique orpheline dite "maladie de la douleur" traverse en solitaire les océans sans moteur au gré des caprices du vent. Grâce à son bateau fragile et lent comme elle, elle peut assumer ses envies de grands espaces.

Plusieurs fois des dauphins ont accompagné Tara Tari
Plusieurs fois des dauphins ont accompagné Tara Tari © Getty / Wild Horizon

Capucine Trochet ne vise aucun défi. Et pourtant cette navigatrice qui a quitté Paris en 2009 pour aller vivre en mer,  est atteinte du syndrome d'Ehlers-Danlos, une maladie génétique rare, qui bloque ses articulations, et la fait souffrir.

Un petit voilier de pêche 

Elle navigue seule à bord de "Tara Tari", un petit voilier de pêche du Bangladesh, sans moteur, fait de jute. "Il était tout petit et tout abîmé comme moi" dit-elle, quand elle l'a rencontré. Elle a passé des jours et des nuits à l’aménager afin de pouvoir le manœuvrer seule malgré son handicap.

Envie de grands espaces

Elle reconnait avoir troqué son fauteuil roulant contre un fauteuil flottant afin de garder intact son envie de grands espaces. A terre, elle marche difficilement et sur une très courte distance, en revanche "Tara Tari" lui permet une liberté de déplacement inespérée au gré du vent.

Dauphins dans l'eau fluorescente

Elle a passé près de cinq ans sur son bateau. Elle a vécu des expériences marquantes comme cette rencontre avec des dauphins lors d'une nuit sans Lune. L'un d'entre eux a sauté à côté d'elle et en replongeant, son corps, grâce au plancton bioluminescent, s'est illuminé. D'autres dauphins l'ont suivi formant de longues traînes lumineuses dans l'eau tout autour du bateau. "On aurait dit une aurore polaire dans la mer " déclare Capucine encore émerveillée.

Capucine Trochet, auteur de Tara Tari, mes ailes, ma liberté aux éditions Arthaud au micro d'Emmanuel Moreau

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.