L'ethnobotaniste François Couplan parcourt le monde à la recherche des plantes comestibles. En Europe comme ailleurs il en a recensé des milliers dont la plupart n'est pas utilisée. Invitation à un voyage au pays de la beauté éphémère.

Une cérémonie au japon pour sublimer les fleurs le hanakai
Une cérémonie au japon pour sublimer les fleurs le hanakai © Getty / AGF

François Couplan, l'ethnobotaniste de renom, parcourt  la planète à la recherche des plantes sauvages comestibles. Il estime que l'on en consomme seulement une trentaine alors qu'il en existe en Europe plus d'un millier. Il aime autant les manger que les admirer.

Initié par la poésie

Il s’est immergé dans la botanique à l'âge de 16 ans grâce à un vieil oncle qui l’envoyait chercher dans la forêt les plantes qu’il lui décrivait. Une fois rapporté à la maison, cet oncle ouvrait un cahier et lisait le poème qu’il avait composé pour ce végétal.

Des plantes aux propriétés oubliées

Ses connaissances sur cette nature qui pousse à nos pieds ont bien sûr, attiré quelques grands chefs, mais aussi ceux qui s’intéressent à la santé par les plantes. Il en a dressé un inventaire gustatif et décrit leurs propriétés. Elles sont présentes dans les grands espaces, à la mer, à la montagne mais aussi tout simplement dans nos jardins sans qu'on le sache. Et même dans nos rues....

Le choc au Japon

Les plantes, il aime aussi les regarder. Il se souvient avoir eu le choc de sa vie au Japon, où il possède, à côté de Kyoto, une maison traditionnelle en bois et papier, lorsque sa femme Keyko a fait venir un spécialiste du hanakai : la cérémonie des fleurs.

Quand les fleurs sont sublimées

Après avoir fait connaissance avec les lieux, le maître de cérémonie est parti chercher autour de la maison les plantes dont il avait besoin. Puis, il s'est enfermé dans les différentes pièces. Le moment venu, il a ouvert les shoji, les portes en papier. "Dans le silence, on a découvert  des  compositions florales admirables". Il pouvait s'agir de bouquets ou juste d'une simple tige ou une fleur posée là. La nuit, il y a eu une autre séance - encore plus extraordinaire - à la lueur des bougies dans la maison de bois et de papier.

François Couplan, ethnobotaniste, au micro d'Emmanuel Moreau

Ce que les plantes ont à nous dire de François Couplan aux éditions Les liens qui libèrent

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.