Le Yémen sombre dans le chaos politique. Nommé il y a moins de trois mois, le gouvernement a présenté sa démission« irrévocable » , jeudi 22 janvier, après la prise du palais présidentiel de Sanaa par les miliciens chiites d'Ansar Allah. Dans la foulée, le président Abd Rabbo Mansour Hadi a également présenté sa démission, mais le Parlement l'aurait refusée. Eclaircissements avec Georges Malbrunot, journaliste reporter au Figaro.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.