Le Maroc est bouleversé par la mort de Mochkine Fikri, mort broyé par une benne à ordure. Ça réveille toute l'histoire d'une région du nord du Maroc, le Rif.

Le "Rif", est un mot qui a été synonyme de liberté et de liberté écrasée…

C’était il y a presque un siècle : de 1921 à 1926. La guerre du Rif. Elle est menée par un chef militaire et politique, Abd El Krim, qui installe une république sur son territoire. Elle est tribale, musulmane, berbère et elle fascine les révolutionnaires. Abd El Krim, est l’homme qui fait trembler les puissances coloniales au Maroc, la France et l’Espagne. A la tête de 5000 hommes, il a décimé une armée espagnole! Et il menace le Maroc français, il menace le sultan qui est l’allié des français. Abd El Krim est une figure mondiale - il fait la Une de Time! - et ses soldats sont des héros… comme ce vieil homme -centenaire- qu’on avait entendu sur France Inter en 2011, dans "La marche de l'Histoire".

Il parle d'un gaz qui pique... Le gaz qui pique, c’est l’ypérite. Le gaz moutarde. Contre les rifains, on utilise l’arme chimique! Et pas seulement. Abd El Krim doit être écrasé et il va être écrasé. Il en va de l’honneur de l’Europe et de l’homme blanc civilisé. La France envoie un corps expéditionnaire mené par le maréchal Pétain, qui se bat aux cotés de légionnaire espagnols où se trouve un certain général Franco… Et la république rifaine va disparaître…

Et cette époque du Rif reste présente... Elle reste légendaire comme une première épopée anticolonialiste. Et elle est inscrite dans les peurs de la monarchie alaouite, et le RIF va payer et payer encore.

A la fin 1958, le Maroc est indépendant. Mais la population a faim. Il y a un soulèvement… C’est sur Paris Inter, le 7 janvier 1959.

Pas une guerre… mais un massacre. Le Rif est écrasé avec des bombardements, du napalm, par le principe héritier Moulay Hassan. Lequel Moulay Hassan seize ans après, alors qu'il est devenu roi sous le nom de Hassan 2, récidive…

En janvier 1984 : nouvelles contestations dans le Rif à cause du prix des produits de base, nouvelles répressions. Hassan 2 prononce un discours terrible à la télévision, dans lequel il menace les habitants du Rif. Il leur dit, littéralement, qu’ils sont des bâtards. Et il leur dit qu’ils se souviennent du prince héritier qu’il était. Et la répression est matée… On a du mal à avoir des témoignages. On est en 1984.. Mais on ne sait rien..

Aujourd'hui ça n'arriverait plus, tout se voit...

La mort de Mohcine Fikri a été filmée sur des téléphones portables, tout est public et cette fois ci, il n’y a pas de répression violente des manifestations, mais l’intervention de la justice, une volonté d’apaisement. Pour l’instant, comme si la peur avait changé de camp. Ou si le Maroc de Mohamed 6 voulait vraiment devenir un état de droit… Ou si Abd El Krim était vengé et prolongé par la modernité…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.