Il se battait contre une prise de pouvoir au Portugal par des communistes staliniens en 1975. Mario Soares, ancien président du Portugal, est décédé cette semaine.

En 1975, quand l’union de la gauche en France se brisait autour de cet homme, qui était l’ami de François Mitterrand, et qui était une cible des communistes et de leur leader Georges Marchais.

Celui-ci expliquait qu'il voulait saboter l’union de la gauche en France. En réalité, Soares se battait pour la démocratie au Portugal… et aussi pour sa vie.

LA RÉVOLUTION PORTUGAISE AURAIT PU TOURNER A LA DICTATURE

Un an après la révolution des œillets, le renversement d’une dictature par des capitaines marxistes ! On est à la bascule.

Les socialistes de Soares ont remporté les élections à la constituante, mais sont menacés par l’alliance des communistes portugais -très staliniens- et des militaires. Ça se cristallise autour d‘un journal socialiste, Republia, qui est pris par les ouvriers du livre et fermé par l’armée. Et Soares décide de se battre, il manifeste.

SOARES PARLAIT UN FRANCAIS PARFAIT. IL AVAIT ÉTÉ RÉFUGIÉ EN FRANCE SOUS LA DICTATURE

Et ça compte ! Il va voir François Mitterrand chez lui, dans les Landes. Il lui explique ce qui se joue. Et Mitterrand s’engage pour Republica.

LES COMMUNISTES LE PRENNENT MAL

Oui, ils sont de l’autre côté. Ils envoient une délégation de la CGT au Portugal emmené par Georges Séguy, qui explique que Republica était contre-révolutionnaire.

Et en France, Georges Marchais attaque Republica : tout ceci, à l’entendre, est un complot de la réaction. En août, Marchais s’en prend au Nouvel Observateur et à son directeur Jean Daniel qui défend Républica et est soutenu par Mitterrand.

LA GAUCHE ÉTAIT EN MIETTE A CAUSE DU PORTUGAL

Et les choses ne seront plus jamais comme avant. Pour le PC, Mitterrand est resté un anticommuniste, pour les socialistes, le PC n’est pas guéri du stalinisme. Au Portugal, Soares va remporter la victoire, il aura sauvé la démocratie dans son pays. En France, socialistes et communistes vont faire semblant de se retrouver. Mais en1981, Mitterrand deviendra Président en ayant dominé un PC qui approuvait l’invasion soviétique en Afghanistan. Une guerre froide se terminait par la victoire social-démocrate. C’était un autre monde...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.