Monaco a sauvé l’honneur du football français en Ligue des Champions. On est bien content de les avoir, mais ça n’a pas toujours été le cas : on leur reproche leur privilège fiscal

Et en 1962, le Général Gaulle leur fit la guerre, aux monégasques. Mais en envoyant, dans la nuit du 12 octobre 1962, six douaniers sous la pluie contrôler les voitures sur RN 559, à l'entrée ouest de Monaco. Pour ramener le rocher dans le rang.

C’était le sommet d’une crise, et un grand embouteillage, pour montrer que Monaco n’était plus sous notre protection, mais un territoire hostile...

Monaco puissance hostile, c'était un peu exagéré

Le rocher défiait notre souveraineté. Ça a l’air drôle. Mais il y a dans cette affaire des thèmes très actuels : la souveraineté, l’évasion fiscale... Cette année-là, on sort de l’Algérie. Mais la France est d’autant plus sourcilleuse.

Cela fait un moment que le prince Rainier, l’heureux époux de Grace Kelly, a adopté une stratégie de paradis fiscal qui agace Paris. Il attire résidents, entreprises, l’or des pieds-noirs aussi. Et c’est une guerre symbolique et de propagande.

On découvre ici un homme qui sera le charmeur de la parole. Valéry Giscard d’Estaing. Il est alors Ministre des finances. Interviewé le 5 mai, il explique que 7 000 français sont résidents monégasques, et qu’il a voulu vérifier lui-même s’ils n’étaient pas en train de tricher.

Vous imaginez cela aujourd’hui...

Et comment se défend Monaco ?

Les monégasques sont assiégés et bravaches, dans un premier temps.

Mais le Prince lui-même recule, montre patte blanche, et dit à la France qu’il l’aime.

Et c’est vrai qu’il avait fait une belle guerre avec nous, dans l’armée de Lattre. Mais ce n’était pas l’enjeu...

Quand les douaniers interviennent, Monaco capitule ?

Oui, très vite. La prospérité de Monaco dépend quand même de la France, Rainier négocie donc. Il va accepter que les français ne bénéficient pas de l’impôt zéro monégasque, il y aura des conventions fiscales. Au mois de mai 1963, la France et la principauté signent une convention fiscale.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.