Qu’ils fassent grève ou pas, qu’ils manifestent ou qu’ils galèrent dans les transports, il y a un objet que tous les Français auront sur eux : leur carte bancaire. En à peine cinquante ans, elle nous est devenue indispensable.

Cartes banciares
Cartes banciares © Getty / Mark Viker

Nous sommes tous accros… Un sondage IFOP publié ce matin pour un comparateur de banque en ligne nous montre à quel point !  82% des Français ne sortent pas sans leur carte bancaire. Et les autres l’emportent “la plupart du temps”. 

Lorsqu'on nous demande si nous préférons régler nos achats plutôt par carte ou plutôt en liquide, 84%  répondent : par carte. Trois quarts des Français ont d’ailleurs adopté le paiement sans contact pour les sommes inférieures à 30 euros. 

Un quart s’en méfie encore toutefois, car il rend “trop facile l’acte de dépenser de l’argent”. On ne fait parfois plus attention au montant payé. On dégaine trop facilement. Une dématérialisation dont se méfient les ménages les plus modestes, un peu plus attachés au liquide. 

L’enquête de l’IFOP montre aussi que le prix de la carte de paiement et les services liés sont un critère important de choix d’une banque

D’ailleurs beaucoup de banques en ligne font de la carte gratuite un produit d’appel. Ce qui a amené les grands réseaux à proposer aussi des offres plus abordables. Des options comme le contrôle du solde d’achats, du plafond de retrait sont proposés... 

Mais d’autres services arrivent pour nous rendre encore plus attachés à cette carte, et notamment une pratique très répandue aux Etats-Unis, le “cash back”, littéralement, la remise sur achat. 

Le principe est simple : plus vous payez avec votre carte, plus vous cumulez des réductions chez les commerçants partenaires de la banque. Elles vous sont versées soit sur une cagnotte ou soit sur votre compte. 

Ce "cash-back" commence à se développer en France

La Société générale s’y est mise, avec un programme ouvert à tous ses clients - pas besoin d’avoir une carte Gold ou Platinum- et un vaste réseau de 800 enseignes partenaires. 

La banque LCL, aussi, mais avec une approche très locale : elle passe des accords avec les boutiques d’une ville pour pousser les porteurs de cartes LCL de cette ville,  à y faire leurs courses. Chez Orange Bank, le but est de faire passer les clients de la carte gratuite à la carte Premium, payante donc, en échange de remises… chez Orange. 

Dans ce marché, Mastercard, la société qui fournit les cartes aux banques, essaie aussi de créer un lien direct avec les porteurs de cartes. Elle a donc son propre programme de “cash back” pour ceux qui s’inscrivent sur son site. 

On ne sait pas encore quelle ampleur va prendre en France ce mouvement un peu bizarre : c’est le commerçant qui paie, mais c’est la banque qui offre… Mais tout le monde regarde cela de près. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.