Le Parisien / Aujourd'hui en France dresse ce matin un portrait fouillé de l'emploi en France. Quels sont les secteurs qui recrutent le plus ?

Par Marc Lomazzi

La division data du groupe d'intérim Adecco a passé au crible pour Le Parisien / Aujourd'hui en France, des centaines de milliers d’offres déposées fin 2018 sur les sites de Pôle emploi et des autres plateformes de recrutement. Eh bien, dans le top 10 des secteurs qui recrutent le plus, sachez que le commerce arrive largement en tête suivi par l’informatique et la restauration. A eux seuls, ces trois secteurs trustent près de 60% des offres.

Quels sont les métiers les plus demandés ?

Là, il y a une vraie surprise. On parle beaucoup des métiers du digital et de la Net économie. Alors, on pourrait imaginer que l’on s’arrache les data scientists ou les web designers. Pas du tout. Dans notre palmarès, les trois métiers les plus demandés sont magasiniers, mécaniciens auto et chauffeur-livreurs. Les développeurs informatiques ne pointent qu’à la cinquième place. En fait, sur les dix métiers les plus recherchés, six sont des métiers faiblement qualifiés.

Est-ce que ça veut dire que l’économie française crée surtout des emplois peu qualifiés ?

Ça signifie surtout que les jobs difficiles et mal payés sont de plus en plus compliqués à pourvoir. Les offres restent donc plus longtemps en ligne. Pour les postes qualifiés, le problème vient, cette fois, d’un manque de compétences. Les entreprises cherchent, parfois désespérément, des ingénieurs, des informaticiens, des logisticiens, des mécaniciens. C’est l’éternel problème en France de l’adéquation entre les formations et les débouchés.

Malgré tout, est-ce que vous pensez que le nombre de postes proposés suffira à faire reculer le chômage cette année ?

C’est peu probable. Les entreprises continuent d’embaucher, de plus en plus en CDI, et c’est une bonne nouvelle. Mais ça ne suffira sans doute pas. Ne serait-ce que parce que 100 000 jeunes vont arriver sur le marché du travail cette année. Or, il n’est pas sûr que l’économie française crée suffisamment d’emplois. En 2017, année record, 90.000 emplois nets d’emplois ont été créés par trimestre. Au premier trimestre 2019, on sera plutôt autour de 20 à 30 000. Et le rythme pourrait encore se ralentir. La faute au trou d’air de la croissance française et aux nuages qui s’accumulent sur l’économie mondiale. Bref, le moral des chefs d’entreprise n’est plus au beau fixe et ça aura, malheureusement, des répercussions sur l’emploi.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.