À la découverte d'un acteur de la finance dont on parle peu : le groupe Hoist Finance. Les banques lui cèdent des portefeuilles de dettes impayées. Il les recouvre. Un journaliste de "Cash Investigation" s'est fait recruter par l'entreprise.

Plongée dans le recouvrement de crédit, chez Hoist (image générique d'illustration)
Plongée dans le recouvrement de crédit, chez Hoist (image générique d'illustration) © Getty / wera Rodsawang

C’est un nom suédois, et je ne sais pas si nous le prononçons correctement, mais vous aurez tous les détails ce soir, dans le reportage que Cash Investigation consacre à “Nos très chères banques”

Hoist, il faut mieux ne jamais en entendre parler. C’est une société financière spécialisée dans le recouvrement de créances. Son métier consiste à racheter aux banques des crédits qui ne sont pas remboursés et qui ont peu de chance de l’être à l’avenir. 

Les banques les vendent pour des raisons réglementaires:  la BCE, la Banque Centrale Européenne, surveille de près le niveau de ces créances impayées et n’aime pas lorsqu’il est élevé. C’est un signe de mauvaise gestion. Pour être tranquilles, les banques cèdent donc ces prêts à des sociétés comme Hoist, qui les achètent à prix cassé, 10 à 15% de leur valeur, et se chargent ensuite de récupérer l’argent. 

Comment sont ces agents qui recouvrent les créances ? Des gros bras qui intimident les personnes surendettées ?  

Non, c’est tout l’inverse. Ils sont charmants, formés à l’empathie, à la persuasion. Lorsqu’ils vous appellent pour vous faire payer, ils vous parlent comme si vous étiez leur client, un client qu’ils veulent aider en lui permettant de mieux gérer son budget. Ou bien ils vous demandent de les aider, eux, qui ne font que leur boulot. 

Ils peuvent même vous faire un petit cadeau. Si vous devez 2000 euros pour un crédit à la consommation ou un découvert vieux de plusieurs années, ils vous proposent une ristourne. 

Ce qu’ils ne précisent pas, c’est que si vos impayés ont plus de deux ans, et que la banque prêteuse ne vous a jamais assigné en justice - parce que le montant est trop faible pour couvrir les frais ou parce qu’elle a laissé passer le délai-, la dette a de grande chance d’être forclose: elle existe mais personne ne peut plus vous obliger à la payer. Leur métier c’est donc de vous persuader au nom de la morale et d’insister sans jamais lâcher. 

Comment peuvent-ils dire que vous êtes leur client ? 

La promesse de Hoist sur son site Internet, c’est: “nous vous aidons à remettre vos finances sur la bonne voie. Laissez-vous guider”. [ La satisfaction client semble excellente: notée 4,5/5.Beaucoup de gens se font prendre.]  

Sauf que vous êtes plus une proie qu’un client et les salariés de Hoist le savent. Hoist n’est pas la seule société de recouvrement, ni même la plus grande. Mais c’est celle dans laquelle le journaliste de Cash Investigations a réussi à se faire embaucher, pour la raconter de l’intérieur. 

► Un documentaire de Mathieu Robert à voir sur France 2  à 21h05.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix