Amazon veut installer un de ses entrepôts géants à l’entrée des Cévennes, sur la communauté de communes du Pont-du-Gard. Un projet qui fait polémique.

Entrepôt Amazon
Entrepôt Amazon © Getty / Patrick Pleul/dpa-Zentralbild/ZB

Placé à proximité d’une sortie d’autoroute, le bâtiment prendrait la forme d’un immense pavé gris de 100 mètres par 400, avec 18 mètres de hauteur. J’utilise le conditionnel, car pour l’instant, tout est suspendu. Les habitants des communes qui ont donné leur accord au projet sont profondément divisés. 

D’un côté, il y a les élus locaux qui ont soutenu l’arrivée d’Amazon avec des arguments économiques. Leurs petites communes ont perdu beaucoup d’emplois, une usine d’emballage restructurée, une centrale thermique d’EDF fermée. Le taux de chômage frôle 20% à Remoulins. “Pour une fois qu’une entreprise s’intéresse à nous, on ne peut pas refuser !”, dit le maire d’une des communes. 

Et qui sont les opposants ? 

Ceux que l‘on voit le plus, ce sont des Parisiens, journaliste ou éditeur germanopratin. Ils ont le bras long, comme on dit. Ils sont les porte-paroles de Cévenols attachés à développer une économie plus écolo ou plus culturelle, pas ce monde consumériste et mondialisé d’Amazon. 

Cette histoire est racontée par Morgane Bertrand dans L’Obs. Elle prend beaucoup de gants pour ne pas prendre parti et laisse chaque lecteur trancher lui-même le dilemme.

Et alors, quel est votre verdict ? 

Difficile car Amazon, planqué derrière la société d’aménagement de ses entrepôts, ne répond pas vraiment aux questions. Au début on parlait de 600 emplois, mais plus le temps passe plus les entrepôts sont robotisés, donc ce ne serait plus que 200. 

On ne sait pas non plus combien d’impôt cela va rapporter. 

En même temps, selon l'institut Nielsen, la vente en ligne a séduit deux millions et demi de nouveaux foyers en France pendant le confinement. Il en restera forcément quelque chose. 

La députée, Delphine Batho, elle, voudrait casser tout de suite le mouvement en interdisant pendant deux ans l’implantation de nouveaux nœuds logistiques, le temps de réfléchir à l’impact environnemental et économique du e-commerce. 

Attention quand même ! L’Allemagne a aussi essayé de freiner Amazon. Le géant s’est installé en Pologne et livre depuis là-bas. Il faudrait donc surtout accélérer les discussions sur la taxe carbone aux frontières de l’Europe ou sur la taxation des géants du numérique. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.