Malgré le prélèvement à la source, n'oubliez pas de remplir votre déclaration de revenus.

Impôt sur le revenu
Impôt sur le revenu © AFP / JOEL SAGET

Je vous l’accorde, remplir sa déclaration, ça sonne très 2018. Autant avant le démarrage du prélèvement à la source, la France tremblait, persuadée qu’un tsunami fiscal allait s’abattre sur elle, autant depuis le mois de janvier, payer ses impôts est devenu un non-événement. Salariés, retraités, indépendants, rentiers… désormais tout le monde est prélevé et… même pas mal !

Résultat : on aurait presque tendance à oublier qu’il faut toujours déclarer ses revenus

Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, travaille à une suppression de cette obligation dans les années qui viennent. Mais, en attendant, cette année, 38 millions de foyers fiscaux en  France devront avoir rempli et renvoyé leur déclaration avant, j’en profite pour vous rappeler les dates : 

  • Le 16 mai pour les déclarations papier
  • Le 21 mai pour les départements de 1 à 19
  • Le 28 mai pour les départements 20 à 49
  • Et le 4 juin pour les autres

A moins de ruser…

Nous restons dans le strict cadre de la légalité. Tout part du prélèvement à la source. Avec la mise en œuvre de cette réforme à hauts risques, le fisc a décidé d’accorder un délai à certains professionnels comme les fiscalistes ou les experts-comptables, pour qu’ils envoient les déclarations de revenus de leurs clients. Ils auront exceptionnellement jusqu’au 30 juin pour le faire, sans s’exposer aux 10% de pénalités dues en cas de retard. Parmi ces privilégiés, on trouve la société TacoTax, un site qui aide les particuliers pour leur déclaration et qui est habilité par la direction des finances publiques à transmettre les déclarations. Mais ses dirigeants, qui sont des petits malins, ont eu l’idée de surfer sur le délai accordé et invite ses utilisateurs à déclarer tranquillement jusqu’au 30 juin, par leur intermédiaire, et ce, sans pénalités de retard. 

Et l’administration fiscale, elle est d’accord ?

Disons qu’elle n’aime pas trop qu’on la prenne pour une truffe. Du coup, Bercy rappelle que l’envoi au 30 juin est une tolérance qu’elle a accordée et qu’en cas de litige, le fisc se tourne vers le contribuable, et non pas vers le professionnel qui l’a aidé pour sa déclaration. Ainsi en 2017, Bercy a notifié près de 14 milliards d’euros d’impôts impayés et infligé 4 milliards d’euros de pénalités et d’intérêts de retard.

Alors même si le service proposé par Tacotax est gratuit, rappelons que les agents des finances publiques sont à votre disposition pour vous aider à remplir votre déclaration… dans les temps.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.