La société Airbnb doit faire ses premiers pas en Bourse, sur le Nasdaq, ce jeudi 10 décembre. Les voyages sont à l’arrêt. Son activité est ralentie. Mais l'action est, malgré tout, recherchée.

Airbnb entre en bourse
Airbnb entre en bourse © Getty / Filip Radwanski/SOPA Images/LightRocket

Oui, c’est assez surprenant, en tout cas pour nous européens. Et pourtant l’opération a été confirmée mardi dernier par les fondateurs d’Airbnb, Brian Chesky et Joe Gebbia, qui ont tous les deux 39 ans. Depuis, ils enchaînent les rendez-vous avec des investisseurs potentiels. Dans la finance, on dit qu’ils “pitchent”. 

En moins d’une demi-heure, ils essaient de convaincre les fonds de pension et les gestionnaires de fortune que leur action est l’investissement indispensable de cette fin d’année. 

Et c’est assez contre-intuitif, car tout le monde a en tête qu’au printemps, Airbnb, frappé par l’arrêt des voyages et donc des demandes de location courte, a dû être renfloué financièrement et a supprimé un quart de ses effectifs, en licenciant 1900 personnes en mai. 

Oui pourquoi investir dans une société en perte, dans un secteur, le tourisme qui va mal ? 

C’est vrai que sur les 9 premiers mois de l’année, Airbnb affiche une perte de 700 millions de dollars. Mais si on zoome sur le troisième trimestre, cet été, quand la pandémie a laissé un peu de répit, elle est redevenue bénéficiaire, plus de 200 millions. Non seulement les touristes sont revenus sur son site, mais les télétravailleurs aussi, ceux qui voulaient un hébergement pour se mettre au vert. 

Et puis, ce ne serait pas la première société en perte aux Etats-Unis à se vendre très cher. Il est possible que les investisseurs ne voient que les 54 millions de clients qui ont réservé plusieurs séjours l’an dernier et les 7 millions d’hébergement proposés sur le site. 

D’ailleurs aux Etats-Unis, les sociétés de la tech sont devenues des valeurs refuges. Elles ont continué à flamber en Bourse malgré l’accumulation de risques économiques. Depuis le début de l’année, l’indice Nasdaq a gagné près de 40%. 

Mais Airbnb, c’est une valeur de la tech ou du tourisme ?  

Plus l’action sera assimilée à une valeur de la tech, plus elle se vendra cher. On aura la réponse jeudi mais ce matin, le Wall Street Journal annonce déjà qu’Airbnb revoit le prix de vente de l’action à la hausse. La société serait valorisée plus de 30 milliards d’euros, ce qui est énorme, c’est quatre fois le prix Accor.

Cela dit tech ou tourisme, tout monte à Wall Street : l’annonce de l’arrivée des vaccins anti Covid a eu un tel effet euphorisant, que les actions des sites de voyages comme Expedia ou Booking sont en hausse par rapport au 1er janvier. L’action Hilton a aussi récupéré son cours de début d’année. 

Ce n’est pas du tout le cas en revanche d’Accor, qui a perdu un quart de sa valeur. Ce qui me frappe donc dans cette histoire c’est la différence entre l'optimisme américain et le pessimisme européen.