La question peut sembler saugrenue car un moteur électrique n’émet ni Co2, ni oxyde d’azote, ni particules. Pourtant certains n’hésitent plus à affirmer que l’auto électrique n’est pas si propre qu’il n’y paraît. Et ils ont raison. En réalité, le niveau de propreté dépend de la façon dont on calcule les émissions.

La voiture électrique est-elle vraiment propre ?
La voiture électrique est-elle vraiment propre ? © Getty / Photography taken by Mario Gutiérrez.

Si l’on ne s’en tient qu’à la seule utilisation du véhicule alors la voiture électrique est globalement propre. En revanche si l’on prend en compte sa fabrication et surtout l’origine de l’électricité qui alimente ces voitures écologiques, c’est une tout autre affaire. Rouler avec de l’électricité qui vient des éoliennes, c’est parfait. En revanche, si elle provient de centrales à charbon, c’est la catastrophe en matière d’émissions de CO2, sans même parler de l’énergie qu’il faut dépenser pour produire des batteries. L’Observatoire Cetelem, citant une étude de l’IFPEN, arrive à la conclusion qu’un véhicule électrique pouvait émettre 36% de CO2 de plus qu’un diesel, lorsque le mode de production de l’électricité est à 100 % du charbon.     

La voiture électrique est donc plus polluante que le diesel ?   

Fort heureusement, non. Aucun pays de la planète ne produit son électricité uniquement avec du charbon. Même en Pologne qui présente en Europe la plus forte proportion de centrales à charbon, les chiffres sont positifs, mais de peu. Une auto électrique qui roule entre Varsovie et Cracovie émet 22% de moins de CO2 qu’un diesel. L’Allemagne, souvent critiquée pour ses centrales à charbon mais qui a de nombreuses éoliennes,  s’en sort bien mieux, avec une différence de près de moitié en faveur de l’électrique. Mais la palme revient à la France. Grâce au nucléaire et ses barrages, le gain est bien plus important. Pour être concret, un véhicule électrique roulant en France émet 79% de CO2 de moins qu’un Diesel. 

Autre avantage pour la voiture électrique : quelle que soit la nature de l’électricité qui alimente ses batteries, elle ne pollue pas là où elle circule

Donc elle ne pollue pas dans les villes, ce qui est fondamental en Europe, et plus encore en Chine, dont les agglomérations croulent sous la pollution. Si toutes les voitures roulaient à l’électrique en ville, les émissions pourraient être réduites de 72 % pour les oxydes d’azote et de 92 % pour les particules fines. La plupart des pays, sont engagés dans une transition énergétique qui vise à baisser drastiquement les émissions de CO2.  D’ici 30 ans, grâce aux éoliennes et au photovoltaïque, l’Europe espère réduire de 70% les émissions de ces centrales électriques, ce qui permettra aux voitures à batteries de diviser les leurs par deux ! Alors vous l’avez compris: rangez vos gilets jaunes et passez sans hésiter à l’électrique ! C’est l’avenir !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.