Le géant du traitement des eaux Veolia veut racheter son concurrent Suez, qui ne veut pas de cette fusion. La bataille entre Veolia et Suez fait travailler les huissiers. Pour faire taire les économistes qui doutent de l'utilité de la fusion.

FusionJeudi dernier, Suez a envoyé des huissiers chez Veolia, pour vérifier des fichiers informatiques, après avoir obtenu une décision du Tribunal de Commerce de Nanterre. 

Le lendemain, vendredi, ce sont des huissiers mandatés par Veolia qui débarquaient au domicile de certains économistes ou professeurs de droit, plutôt critiques sur l’opération de rapprochement des deux entités. 

Un huissier s’est ainsi présenté à 20h chez l’économiste Elie Cohen, avec une sommation interpellative de Veolia, lui intimant l’ordre de préciser dans les 48 heures, s’il avait des liens directs ou indirects avec Suez ou s’il avait touché de l’argent de ce groupe. Ce spécialiste des questions industrielles est en effet convaincu que la fusion Veolia Suez n’est ni dans l’intérêt général ni dans celui des deux sociétés et le dit clairement lorsqu’il est interrogé à la télévision, à la radio ou dans les journaux. 

Que veut Veolia en faisant cela ? 

L’avocat d’Elie Cohen, Me Klugman, dénonce une “sommation baillon” qui a pour but de faire taire un expert en désaccord avec Veolia. Et ce sans fondement ou procédure judiciaire. Pourquoi envoyer un huissier alors que la question aurait pu être posée poliment à Elie Cohen ? Pourquoi ne pas répondre ou débattre sur le fond ? 

Elie Cohen, qui commente depuis des années les opérations industrielles, précise très clairement qu’il n’a aucun intérêt dans l’affaire Veolia/Suez et aucun lien avec Suez. Il estime que cette sommation par huissier n’a d’autre but que de faire pression sur lui et de mettre en cause son intégrité. 

Un professeur de droit, Julien Icard, victime du même procédé lundi, a lui aussi réagi vivement sur le réseau social Twitter. Il a reçu cette sommation, lundi, alors qu’il n’avait fait que commenter dans l’Usine nouvelle un arrêt de la Cour d’appel. Au total, Veolia aurait envoyé 16 sommations par huissier. 

On dirait des méthodes de séries américaines… 

ça renvoie en effet une image assez terrible de Veolia. Derrière les OPA et les batailles boursières, la réalité, c’est que, comme vous le disiez, tous les coups sont permis. Des deux côtés. 

Le camp Suez a aussi ses défauts. Un économiste a ainsi été approché par la société d’intelligence économique, Avisa Partners, mandatée par Suez. On lui a proposé d’écrire moyennant finance une tribune défavorable à la fusion, afin qu’elle soit publiée dans un quotidien. Il a refusé.

Les chercheurs sérieux, et il y en a beaucoup, ne se prêtent pas à ce genre de pratiques. Et les entreprises, comme Suez, ne se grandissent pas en utilisant ces officines. Tout le monde finit par y perdre son crédit. 

Thèmes associés