Il y a une autre bonne nouvelle aux Etats-Unis, et pour nous tous d’ailleurs, le géant de la distribution Walmart fait marche arrière sur la robotisation des emplois. Fini les machines pour faire l'inventaire dans les rayons

Walmart aux Etats-Unis, c’est Auchan, Leclerc et Carrefour réunis. C’est une entreprise présente sur tout le territoire qui emploie plus de 2 millions de personnes et qui est loin devant tous les autres distributeurs, talonnée par Amazon. 

Depuis janvier, on pouvait croiser dans ses rayons des robots de presque 2 mètres - 1 mètre 83 précisément- qui étaient chargés de faire l’inventaire en temps réel. Ils devaient permettre d’éviter les ruptures de stocks et donc de doper les ventes. 

Ces robots devaient aussi rendre l’image des magasins plus cool et high tech, à la “Star wars”, comme les R2D2 des employés. Ils étaient déjà présents dans 500 supermarchés sur 5000. Mais  Walmart vient de décider de les retirer et d’arrêter sa coopération avec Bossa Nova Robotics

Pourquoi ce volte-face ?

Parce que le distributeur s’est rendu compte qu’il avait fait une erreur avec ces robots. Pour deux raisons. D’abord, parce que les hommes ou les femmes travaillent encore mieux et pour moins cher. 

Le distributeur en a vraiment pris conscience avec cette pandémie de Covid: il y a eu plus de commandes à emporter ou à livrer. Les employés ont donc passé plus de temps dans les rayons pour les préparer. Et ils se sont avérés beaucoup plus efficaces que les robots pour éviter les ruptures de produits. On va donc les garder.  

La deuxième raison c’est que les consommateurs n’apprécient guère de croiser ces machines. Elles leur rappellent trop, sans doute, à quel point nos boulots sont fragiles. Et surtout que les salaires, petits et moyens, stagnent. C’est le cas aux Etats-Unis depuis Bill Clinton, même si ça commence à changer. 

Vraiment fini les robots dans la distribution ? 

Ceux de Bossa Nova Robotics, oui. La jeune société a dû licencier la moitié de son personnel. C’est brutal. Elle s’est déjà reconvertie, en achetant une autre start up: elle mise désormais sur l’intelligence artificielle pour mieux gérer les stocks. 

Ce qui continue en revanche, c’est la robotisation des entrepôts, les caisses automatiques ou les chariots avec douchette intégrée pour scanner et payer ses produits. Eux, les clients les acceptent bien: ils leur font gagner du temps et de l’argent. 

Et c’est bien ce qu’ils vont chercher dans les super et hyper marchés. En France, ils emploient près de 700 000 salariés. Ne l’oublions pas. A décourager les achats, tout le monde va finir par y perdre.