Vendredi à Giverny, on parlait Responsabilité sociale et environnementale (RSE) de l’entreprise au Musée des impressionnistes, tout près des nymphéas du peintre Claude Monet. Drôle d’endroit pour un Forum de ce type

En fait, ce lieu magique est sur les terres électorales de deux ministres, celui des finances, Bruno Le Maire et celui chargé des collectivités locales, Sébastien Lecornu. Tous les deux veulent montrer que le gouvernement pousse les entreprises vers un capitalisme responsable, avec deux priorités : l’environnement - qui fait rêver à Giverny - et la réduction des inégalités. 

Ce qui était très intéressant dans ces rencontres, c’est la présence de nombreux étudiants, signataires du Manifeste pour le réveil écologique. On les sentait hyper mobilisés, appuyant là où ça fait mal : ils ont bousculé le directeur général d’Aéroports de Paris sur la construction d’un nouveau terminal. Est-ce vraiment conciliable avec la réduction d’émissions de carbone ? ou Danone sur ses bouteilles en plastique. 

Pendant qu’on discutait à Giverny, un rapport du think tank britannique Carbon Tracker faisait un bilan de la politique d’investissement des compagnies pétrolières et gazières. 

Depuis 2018, elles ont approuvé 50 milliards de dollars de projets néfastes pour les objectifs climatiques. Total fait partie des mauvais élèves, avec Exxon, Shell ou BP : 67% de ses investissements vont contre les objectifs de l’accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 2°C et ne seront pas profitables aux actionnaires. 

L'Europe les laisse faire ?

Regardez ce qui se passe en Chine. La Chambre de commerce européenne à Pékin vient de publier un incroyable rapport. Le gouvernement chinois met au point un Système de Notation des Entreprises en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale. Les entreprises doivent lui transmettre informatiquement les données concernant les 350 règles qu’il a émises. Dès 2020, elles auront ainsi une note, dont dépendra un jour leur taux d’impôt voire l’accès à certains marchés en fonction de cette note. Contrôle total donc.  

Les Américains prennent aussi le sujet au sérieux. Moody’s, l’agence de notation, a racheté en avril, Vigeo, la principale agence française qui évalue les politiques de RSE des entreprises. 

Les Etats européens, bien mieux placés que la Chine ou les Etats-Unis en matière de lutte contre le réchauffement climatique ou de protection sociale, doivent donc rester vigilants, ne pas laisser ces sujets dans les Forum ou les think tanks et se poser une question importante. Comment fixe-t-on les normes ? Comment les fait-on respecter ? 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.