Rassurons les parents et les enfants : il y aura bien des jouets à Noël. Mais il faut admettre que l’on est passé tout près d’un sérieux incident. Deux enseignes et pas des moindres, Toys’R’Us France et Grande Récré, ont bien failli disparaître.

Les magasins Toys'R'Us et La Grande Récré écrasés par la concurrence des sites de e-commerce et la grande distribution
Les magasins Toys'R'Us et La Grande Récré écrasés par la concurrence des sites de e-commerce et la grande distribution © AFP / MYCHELE DANIAU

Deux enseignes et pas des moindres, Toys’R’Us France et La Grande Récré, ont bien failli disparaître. Les deux leaders du marché viennent d’être repris à la barre du tribunal. Lundi les 53 magasins Toys’R’Us sont tombés dans l’escarcelle de deux grandes familles du Nord, les Lesaffre, rois de la levure, et les Mulliez qui ont créé entre autres Auchan et Decathlon. Une semaine plus tôt, La Grande Récré et sa centaine de magasins sont passés sous le contrôle de Michel Ohayon, un entrepreneur dynamique. Les deux enseignes sont donc sauvées, mais pas encore guéries…  

Le secteur est frappé de plein fouet par une double concurrence

Celle ancienne des hypers qui tiennent un tiers du marché, et celle plus récente des géants du e-commerce qui en contrôlent 20%. Vous me direz, les marchands de jouets ne sont pas les seuls à subir une telle concurrence. Sauf que pour eux, elle est plus difficile à supporter. Ils paient des loyers et des salaires toute l’année, et ne travaillent vraiment que pendant deux mois. Pour les enseignes, tout se joue donc avant Noël. Or c’est justement la période que choisissent les hyper et les cybercommerçants pour mener leur offensive, en faisant du jouet un produit d’appel vendu à prix cassés. C’est un vrai cauchemar d’autant que les marges de manœuvre sont bien minces : tout le monde vend la même chose. Et il est impossible d’acheter moins cher que les géants de la distribution.   

Les repreneurs de Toys’R’Us  et de La Grande Recré ont-ils une arme secrète pour s’en sortir ?  

Ils ont en tout cas un plan. Ils ne veulent plus dépendre que des seules ventes de jouets et de la seule saison de Noël. Le repreneur de La Grande Récré veut faire de ses magasins des lieux de vie ludiques, des sortes de parcs d’attraction avec des espaces gérés par les marques de jouets. Stéphane Mulliez parie lui sur les loisirs créatifs et l’épanouissement des enfants en transformant les magasins Toys’R’Us en lieux de jeu et d’éveil.  Alors vont-ils réussir ? Franchement nul ne le sait, mais une chose est claire : ils sont bien décidés à révolutionner les enseignes de jouets. Souhaitons leur bonne chance !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.