Le constructeur BMW, qui tient son assemblée générale des actionnaires aujourd’hui, s’intéresse à la voiture électrique mais aussi aux bornes de recharge.

Le consortium, baptisé Ionity, a déjà déployé près de 400 stations ces deux dernières années
Le consortium, baptisé Ionity, a déjà déployé près de 400 stations ces deux dernières années © Maxppp / Philippe Clément

BMW a engagé un tournant majeur vers l’électrique. Il multiplie les modèles et les véhicules électriques plus les hybrides rechargeables représentent aujourd’hui 11% des ventes. L’objectif du constructeur est de réaliser la moitié de ses ventes en électrique pur et dur en 2030.  

Mais pour vendre ses véhicules, il faut que ses clients puissent recharger leurs batteries. C’est la raison pour laquelle BMW s’est associé à d’autres constructeurs - les allemands Mercedes, Audi, Porsche, l’américain Ford, le coréen Hyundai - avec l’idée de développer un réseau européen de bornes de recharge rapide. 

Ce consortium, baptisé Ionity, a déjà déployé près de 400 stations ces deux dernières années. 

Pourquoi se lancer dans les bornes de recharge ? Ce n’est pas leur métier !  

C’est simple : il faut qu’un Allemand de Hambourg puisse aller en vacances à Barcelone en berline électrique, sans tomber en rade, et sans passer par Tesla, qui a développé son propre réseau de bornes dès 2013 et compte déjà 600 stations sur le continent. 

Hambourg - Barcelone, vous remarquerez que la route passe par la France… Où Ionity, comme Tesla, ont installé des stations. Mais on est encore très loin du compte... 

La France est si en retard que cela ? 

Sur les grands axes, l’Allemagne compte 7 500 bornes de recharge rapide, la France deux fois moins. Il faut dire que chez nous, les voitures électriques sont surtout des citadines, utilisées pour des courts trajets et rechargées à domicile. C’est sur l’aide à l’installation de ces bornes domestiques - qui rechargent lentement - que les constructeurs français se sont d’ailleurs positionnés. 

Mais cela ne suffit plus. Les ventes de voitures électriques ayant doublé en Europe l'an dernier, et triplé en France, il faut clairement accélérer. Le gouvernement a décidé de débloquer 100 millions d’euros, pour atteindre un total de 100 000 bornes à la fin de l'année, à la fois lentes et rapides. Mais quand on sait qu’il a fallu huit ans pour en créer 45 000, on ne voit pas vraiment comment on pourrait en installer 55 000 de plus en quelques mois. Même avec de généreuses subventions ! 

L'équipe