Le 11 mai, les enfants reprendront le chemin de l’école mais les restaurants ne pourront pas ouvrir. Pour eux, le confinement continue avec les pertes que ça implique. Ceux qui ont un contrat avec la Maaf peuvent faire jouer leur assurance. La pandémie va coûter cher au groupe Covéa (Maaf-MMA-GMF).

Que vont faire les assureurs après le discours d'Emmanuel Macron ce 13 avril 2020 ?
Que vont faire les assureurs après le discours d'Emmanuel Macron ce 13 avril 2020 ? © AFP / Nathan Alliard / Photononstop / Photononstop

Vous connaissez le slogan de cet assureur de Niort : "c’est la Maaf que je préfère !" Ses clients peuvent le reprendre. Dans les conditions générales de son contrat “assurance multirisque professionnelle” pour les professions de la restauration et de l’hôtellerie, il est écrit noir sur blanc : 

"Nous garantissons les pertes d’exploitation résultant d’une impossibilité d’accès à votre établissement en cas d’interdiction par une autorité compétente ou une décision des Pouvoirs publics consécutive à : 

- une maladie contagieuse, épidémie ou intoxication (...)". On ne peut plus clair. 

ll est précisé que les pertes peuvent être couvertes jusqu’à 80 000 euros par sinistre. Mais ça, il faut vérifier contrat par contrat. 

Ça ne concerne que la Maaf ? 

Apparement, oui. Vendredi, la Fédération française des assurances précisait encore sur son site : "la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises exclut l’événement d’épidémie". Elle dit bien la quasi-totalité, il faut donc toujours prendre contact avec son assureur pour vérifier et éventuellement avec le médiateur de l’assurance. 

La Fédération donne une explication : “en fonction de sa durée et de son ampleur, une épidémie peut affecter tous les secteurs et avoir un impact sur l’activité économique globale, rendant ainsi ses conséquences économiques inassurables” . 

C’est ce qu’elle plaide aujourd’hui et qui déclenche la colère des syndicats et collectifs de restaurateurs comme l’UMIH ou Restoensemble. Ils se sentent lâchés par les assureurs et ils réclament un geste fort. Emmanuel Macron a d’ailleurs dit hier qu’il comptait aussi dessus. Ils ont déjà apporté 200 millions d’euros au Fonds de solidarité. Ils devraient doubler la mise et créer un fonds d’investissement d’un milliard d’euros. 

Est-ce que ça risque de mettre la Maaf en difficulté financière ? 

Cela va lui coûter cher, même si on ne sait pas encore combien de contrats de ce type elle a et combien de clients sont concernés. La Maaf appartient au groupe Covéa qui possède aussi MMA ou la GMF. C’est un groupe solide, mais il va sentir passer l’addition. 

C’est aussi un groupe très ambitieux qui a signé un protocole d’accord pour acheter à la famille Agnelli, le réassureur,  PartnerRe. Un réassureur, c'est une société qui assure les assureurs. Covea était prêt à mettre 8 milliards d’euros sur la table pour cela. Un prix qui parait bien cher aujourd’hui. Décidément, cette pandémie, l’assureur ne l’avait pas vu venir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.