Le service statistiques du ministère de la santé, la DREES, a rendu public hier un bilan des dépenses de soins et de médicaments par ménage pour l’année 2019, pour l’an dernier donc. Les Français dépensent en moyenne 3100 euros par an, mais leur reste à charge est en baisse à 213 euros.

Vous connaissez sans doute la citation de Talleyrand, ministre de Napoléon, puis de Louis XVIII: “quand je m’ausculte, je m’inquiète, quand je me compare, je me rassure”. Eh bien, c’est un peu ça. 

Quand on compare nos frais de santé à ceux de nos voisins ou des Américains, on se sent tout de suite mieux et on se prend à penser que le modèle social français n’est pas si mal. 

La France est le pays d’Europe qui dépense le plus pour la santé de ses citoyens. Le seul qui fait un peu mieux, c’est l’Allemagne. Mais outre-Rhin, le reste à charge des ménages est bien supérieur au nôtre. 

Une fois que nous avons été remboursés par la Sécu et par les mutuelles, nous ne payons que 7% de nos dépenses de santé. C’est beaucoup plus en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Espagne. Et en Suisse, un quart des frais reste à la charge des familles.  

C’est vrai que nous payons la CSG pour financer ce système. Mais notez tout de même le coût des soins et des médicaments en France est pratiquement moitié moins cher que l’équivalent en Suisse, en Suède, au Luxembourg, au Canada ou aux Etats-Unis. 

Les pourcentages, c’est bien mais en montant, ça donne quoi ? 

Nous dépensons 3 100 euros par habitant par an en dépenses de soins et de médicaments. Et il nous reste à charge 213 euros par personne. Alors bien sûr, c’est une moyenne  qui cache beaucoup de disparités. Et ce reste à charge n’est pas négligeable pour les plus modestes. Mais c’est moins de 18 euros par mois.

Ce qui est intéressant c’est que ce reste à charge baisse, alors même que les soins augmentent. Comment l’expliquer ? Et bien la Sécu couvre plus de maladies de longue durée à 100%. Et il faut saluer une réforme d’Emmanuel Macron:  le zéro reste à charge pour les audioprothèses, les lunettes et les soins dentaires. Elle a démarré l’an dernier et elle monte progressivement en puissance. 

Et avec la Covid, à quoi faut-il s’attendre pour cette année ? 

On a dépensé plus pour la pandémie, mais hors Covid, les visites chez les médecins ou à l'hôpital se sont presque arrêtées. Au point que le gouvernement estime que les mutuelles et les complémentaires santé vont faire une économie de 2 milliards d’euros. 

Il leur demande donc de rendre à la Sécu 1 milliard cette année et 500 millions l’an prochain. Elles seraient encore gagnantes, selon lui. 

Logiquement, elles ne devraient donc pas augmenter les cotisations. Le gouvernement les a à l’oeil et rappelle à qui veut l’entendre que leurs frais de gestion sont le double de ceux de la Sécu ou de leurs voisines allemandes.