C’est l’Afrique à Wall Street, autant dire un vrai symbole. C’est même la première fois qu’une société technologique africaine, spécialiste du e-commerce, entre en Bourse. Et pour tout dire, c’est un réel succès: en quatre séances, l’action de cette jeune pousse a doublé.

Jumia est valorisée près de 3 milliards de dollars, soit plus de la moitié de la valeur du groupe Casino et ses milliers de magasins. Avouez que ce n’est pas courant et franchement remarquable. Jumia est un ovni: cette jeune société, montée en 2012 par deux Français, est une plateforme de e-commerce présente dans 14 pays africains. Elle vend des produits électroniques, d’hygiène, de l’alimentaire et des services : c’est l’Alibaba ou l’Amazon de l’Afrique. Jumia est certes encore loin d’être un géant. Son chiffre d’affaires est à peine supérieur à 130 millions d’euros, et elle est encore fortement déficitaire. Mais elle croît de 40% par an, et montre que l’on peut faire du e-commerce dans environnement hyper difficile. Sur une partie du continent africain, beaucoup de villes et de villages n’ont pas de noms de rue. Les livreurs doivent appeler les clients pour essayer de repérer où ils habitent.  Autres spécificité : les acheteurs sont nombreux à vouloir voir le produit avant de payer. Le paiement se fait donc à la livraison, en cash très souvent.  

Jumia, c’est la preuve de l’essor de l’Afrique et du formidable potentiel de développement du commerce en ligne

Grâce au mobile qui permet d’acheter et de payer, l’e-commerce va se développer plus vite que les magasins classiques en dur. Le cabinet de conseil Mc Kinsey évalue ce marché à 75 milliards de dollars d’ici 5 à 10 ans, contre une poignée de milliards aujourd’hui.  Les nouvelles technologies participent au développement de l’Afrique.  Derrière Jumia, cette figure du nouveau capitalisme africain, une myriade de start-up sont à la manœuvre, que ce soit dans le paiement en ligne, à l'instar de la sud-africaine Wizzit, ou dans l'énergie, avec M-Kopa qui propose l'électricité solaire individuelle pour quelques centimes par jour.  Sans complexes, ces jeunes pousses innovantes enchaînent des levées de fonds et recrutent. Jumia emploie à elle seule 5000 personnes. L'Africa Tech, avec ses entrepreneurs, ses développeurs et ses financiers, est clairement en marche.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.