Les entreprises du CAC 40 annoncent d’excellents résultats. Une étude rappelle que les dividendes ont atteint un record en 2019. S'ils se félicitent de ces performances, les pdg du CAC 40 s'inquiètent pour leur image et les fractures dans le pays. Ils ont créé un Collectif pour une économie plus inclusive.

On n’a pas encore tous les résultats, et pour certains secteurs comme l’automobile ou la distribution, ce n’est pas la meilleure année. Mais pour d’autres, vous avez raison, 2019 est un très bon crû. Meilleure croissance de la décennie pour l’Oréal, résultats records pour LVMH ou Kering dans le luxe, meilleure année depuis dix ans pour BNP Paribas ou Crédit agricole. Tout va bien.
Pour leurs actionnaires aussi. Selon une étude publiée hier par le cabinet Janus Henderson, la France est le premier payeur de dividendes en Europe et surtout le seul pays européen à battre son record en 2019: 60 milliards d’euros (64 milliards de dollars). Les cinq groupes les plus “généreux” sont dans l’ordre Total, Sanofi, BNP Paribas, Axa, LVMH.
Alors tout va bien, oui, mais c’est vrai qu’on sent une petite gêne chez certains patrons ou plutôt une prise de conscience. Fin 2018, ils ont entendu la colère des Gilets jaunes et mesuré l’ampleur des fractures qui divisent le pays. D’un côté le CAC 40 et ses employés qui vont bien, de l’autre, une France au bout du rouleau.

Que peuvent-ils peuvent faire ?

En décembre 2018, Emmanuel Faber, le patron de Danone, et Thomas Bubberl, celui d’Axa, ont décidé d’y réfléchir et de créer pour cela un Collectif d’entreprises pour une économie plus inclusive. Elles étaient 13 au départ, elles sont maintenant 35 (1). Je ne vais pas toutes les citer mais les dirigeants de BNP Paribas ou de Schneider, de Sodexo ou d’Adecco y consacrent du temps…
Il y a maintenant un an que ce collectif existe et c’est donc l’heure d’un premier bilan.
Il s’est donné trois axes de travail: -.l’accueil des jeunes par l’apprentissage,- le développement d’offres de biens et services pour les personnes en situation de précarité- et l’évolution des politiques d’achat des grands groupes qui doivent être plus locales et à l’écoute.

Résultat : c’est le premier chantier qui a progressé le plus vite, l’apprentissage.

L'année dernière, les 13 entreprises initiatrices du mouvement ont accueilli 15% d’alternants de plus que l’année précédente, soit 61 000  au total. Elles s’engagent à en former 20% de plus cette année. Les deux autres chantiers, eux, paraissent balbutiants.  
Conclusion : que ces entreprises créent des emplois bien rémunérés et stables, qu’elles investissent au lieu de délocaliser, qu’elles soignent leurs fournisseurs locaux et notamment les sous-traitants, qu’elles paient des impôts, c’est encore ce qu’elles font de mieux pour la collectivité. 

  • (1) Accenture, Accor, Adecco, ADP, AG2R La Mondiale, Axa BNP Paribas, BPCE, Carrefour, Casino, Covea, Crédit Mutuel, Crédit Agricole, Groupama, CRIT, Danone, EDF, Elsan, Engie, International SOS, Kering, Korian, L’Oréal, Manpower, Microsoft, Orange, Renault, Rexel, Schneider Electric, Sodexo, Sonepar, Suez, Système U, Veolia, Vinci. 
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.