L’entrepreneur mythique Jacques Veyrat signe un joli coup avec l’une des plus grosses introductions en bourse sur la place de Paris cette année.

L’entreprise en question s’appelle Neoen, c’est un producteur français d’énergies renouvelables. Elle est cotée depuis mardi dernier et a levé 628 millions d’euros. C’est même la plus belle opération sur Euronext depuis un an et demi. Chapeau à Jacques Veyrat, son heureux propriétaire via son holding Impala. Cet homme a le don de transformer en or tout ce qu’il touche. On se souvient surtout de lui comme le fondateur de Neuf Cegetel, l’opérateur télécom, vendu une petite fortune à SFR en 2007. On se rappelle aussi de lui comme le successeur désigné de Robert Louis-Dreyfus le richissime homme d’affaires suisse, sauveteur d’Adidas et propriétaire de l’Olympique de Marseille, entre autre. 

Il s’était pourtant fait discret ces dernières années   

Il avait quitté le groupe Louis-Dreyfus après la mort du patron, en 2009. Il ne s’entendait pas avec sa veuve, Margarita. Et cette histoire l’a beaucoup marqué, lui qui se voyait à la tête de cet empire jusqu’à l’âge de la retraite. Ensuite il a tenté de racheter Vivendi, en 2011 avec John Elkann, héritier de Fiat. On avait aussi parlé de lui à la tête d’Orange et de Veolia. Il sans doute tâtonné pendant quelques années, mais Jacques Veyrat, à 55 ans, se voit plus que jamais comme un entrepreneur investisseur, dans les pas de son mentor, Robert Louis-Dreyfus.  

Aujourd'hui, il recherche le gros coup. Avec son Holding, Impala, il s’est intéressé à des secteurs très variés : la mécanique de précision, l’imprimerie ou la lingerie, avec la maison Lejaby. Il a fait de belles culbutes dans l’énergie : en avril dernier, il vendu à Total sa participation dans Direct Energie pour 630 millions, onze fois son investissement. Aujourd’hui, il a les moyens d’injecter 3 milliards d’euros dans un deal. Mais sa grande ambition, c’est d’associer ses trois fils dans ses affaires, l’aîné a 25 ans. Et lui qui, longtemps, a trouvé l’héritage ringard, rêve désormais d’une dynastie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.