Karl Lagerfeld a été sous les projecteurs pendant un demi-siècle, il a su incarner et faire briller dans le monde entier une griffe aussi célèbre que discrète. Mais que sait-on finalement de l’empire Chanel?

Que sait-on de l'empire Chanel ?
Que sait-on de l'empire Chanel ? © Getty / Kristy Sparow

On connaît peu de choses comparées aux géants du luxe qui sont cotés en Bourse comme LVMH, Kering ou Hermès. Mais depuis quelques mois, on en sait un peu plus. A la fin de l’été dernier, les frères Wertheimer, copropriétaires de l’entreprise créée par Gabrielle Chanel, ont publié les comptes de la société. On a alors appris que la célèbre maison est en forme, qu’elle fait partie des locomotives du luxe. C’est justement ce que les deux frères ont certainement voulu faire savoir en publiant ces chiffres longtemps cachés.  Car les spéculations allaient bon train. Les rumeurs laissaient entendre que Chanel n’était pas en grande forme, ce qui n’était pas bon vis-à-vis des clients. La réputation ça compte partout, et plus encore dans le luxe. 

L'empire est loin d'être dépassé

Les recettes de Chanel s’élevaient en 2017 à 8,3 milliards d’euros, soit presque autant que Louis Vuitton, et plus que Gucci ou qu’Hermès. Le groupe était en outre confortablement rentable, plus de 1,5 milliards d’euros de profits. Alors combien vaut Chanel ? Mystère, puisque la société n’est pas cotée, mais il est probable qu’elle joue dans la même cour que ses concurrents dont les capitalisations boursières sont stratosphériques. LVMH vaut 150 milliards d’euros. Hermès et Kering, la maison mère de Gucci, Saint Laurent et Balenciaga, tournent toutes deux autour d’une soixantaine de milliards d’euros. Chanel ne vaut pas moins.  

La mort de Karl Lagerfeld fragilise-t-elle Chanel ?  

Lagerfeld était de loin le créateur le plus connu de la planète, beaucoup plus que ceux de Dior, Saint Laurent ou Vuitton. Les deux noms, Chanel-Lagerfeld, étaient même devenus indissociables. Sa disparition présente potentiellement un risque économique, mais dans le même temps, le génie de cet homme à son arrivée en 1983 dans la célèbre maison alors mal en point, a été de refaire du Chanel et d’avoir su le faire évoluer pendant 35 ans. Lui-même disait : 

Je fais du Chanel mieux que Coco Chanel.  

La griffe est probablement protégée par son style et son logo éternel qu’il a su sublimer. Les connaisseurs vous diront que l’on reconnaît toujours une femme en tailleur Chanel, quelles que soient les modes et les époques. Karl Lagerfeld est toujours resté fidèle à la direction artistique au sein de la maison Chanel. Il a volontairement limité son rôle à la seule partie créative de la maison de couture, au prêt à porter et aux défilés. Les parfums, la joaillerie, l’aménagement des magasins, ont toujours été dirigés par d’autres talents qui ont aussi fait le succès de l’entreprise.  Chanel doit beaucoup à Karl Lagerfeld, mais la célèbre maison a une identité, une créativité très forte et des équipes de grande qualité. Chanel a donc de très sérieux atouts pour rester encore très très longtemps au sommet du luxe. L’autre question est de savoir si la griffe Karl Lagerfeld résistera à son génial créateur. Où est la postérité du roi Karl ? Chez Chanel ou chez Lagerfeld ? Difficile à dire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.