Jamais dans l’histoire économique un grand patron n’avait autant fait débat. Elon Musk, c’est simple, soit on l’adule, soit on le déteste.

Elon Musk, co-fondateur et CEO de Tesla
Elon Musk, co-fondateur et CEO de Tesla © Getty / VCG/VCG

Ses admirateurs vous diront qu’avec Tesla, Musk a eu le nez de tout miser sur l’électrique bien avant tout le monde. Et c’est vrai. Ils vous diront aussi qu’avec son autre entreprise, les fusées Space-X, il a réussi à ringardiser ArianeEspace. Et c’est encore vrai.    

À l’inverse, ses détracteurs vous diront que Musk est complètement mégalo, jusqu’à vouloir établir une colonie sur Mars. Et ils auront raison. Ils diront aussi que le personnage vend du rêve sans toujours tenir ses promesses, que ses produits arrivent très souvent en retard, du moins quand ils finissent par sortir. Et là aussi, ils auront encore raison. 

L’actualité récente donnerait plutôt raison à ses admirateurs

Tesla est chaque jour plus en forme. Un signe : l’action de l’entreprise a encore battu hier soir son record. Les marchés financiers donnent à Tesla une valeur d’entreprise 30 % plus importante que celle de General Motors. Alors que General Motors vend vingt fois plus de voitures que Tesla. 

C’est en fait la croissance de Tesla qui fascine le monde économique. Le constructeur va vendre cette année 400 000 voitures. C’est quatre fois plus qu’il y a deux ans. 

Pendant longtemps, Musk a seulement vendu des véhicules très haut de gamme - au moins 100 000 euros. Mais depuis deux ans, Tesla vend aussi des modèles un peu plus accessible, à 30 000 euros.

Devenir un constructeur grand public : un pari risqué

Risqué parce dans l’industrie automobile, tout est millimétré, à commencer par les chaînes de production. Fabriquer quelques voitures, c’est possible, mais en assembler 7000 chaque semaine, c’est une autre histoire. 

Les autres constructeurs pensaient d’ailleurs que jamais Tesla ne réussirait à faire tourner une usine à plein régime. Eh bien, ils ont eu tort. Et ce n’est pas fini, car Musk ouvre ses jours-ci une deuxième usine, en Chine et en annonce une pour 2021 à Berlin. 

Les détracteurs de Musk se sont-ils trompés ? 

On n’ira pas jusque-là. Parce que l’homme est totalement imprévisible. Imagine-t-on en France un grand patron fumer de la marijuana dans le studio d’une radio ? Eh bien Musk, lui, il l’a fait. Un coup de folie, parmi tant d’autres, qui laisse à croire que le personnage n’est pas très fiable. Voilà pourquoi il a tant d’ennemis. 

L’un d’eux s’appelle David Einhorn et c’est un financier de Wall Street. Son nom ne vous dit sans doute rien, mais ce spéculateur est tout simplement l’homme qui a provoqué la faillite de la banque Lehman Brothers. À la place de Musk, on se méfierait quand même un peu. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.