Le plus grand homme d’affaires algérien s’est rendu voilà une semaine à une simple convocation de la gendarmerie : cinq jours plus tard, il dormait en prison. C’est évidemment la douche froide pour les 1200 salariés français d’Issad Rebrab.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.