Le Covid 19 est impitoyable pour les sociétés de location de voitures. L’Américain Hertz vient d’être placé “sous la protection de la loi des faillites”, comme on dit aux Etats-Unis. C’est encore un coup dur pour l'emploi aux Etats-Unis et pour le secteur automobile.

Le loueur de voitures Hertz déclaré en faillite
Le loueur de voitures Hertz déclaré en faillite © Getty / Paul Hennessy/SOPA Images/LightRocket

Absolument. Hertz possède 700 000 voitures aux Etats-Unis et au Canada, là où il a dû se déclarer en faillite. Il les achète en s’endettant auprès de fonds de pension, de caisses de retraite. Pour les rembourser, Hertz compte sur les locations puis sur la revente des véhicules qu’il renouvelle régulièrement comme tous les loueurs. 

Seulement voilà, avec la crise du Covid, son activité est au point mort. Deux tiers des locations de voitures se font dans les aéroports, or les aéroports sont fermés. Il n’y a plus de déplacements touristiques et peu de voyages professionnels. 

Quant au marché de l’occasion, il est complètement déprimé. Au point qu’aux Etats-Unis cela inquiète tout le secteur financier. Aujourd’hui un particulier ou une entreprise surendetté, étranglé financièrement, n’est pas à 100% certain de réussir à vendre son véhicule assez cher pour rembourser son crédit. 

Hertz a massivement licencié. L’Etat ou son actionnaire n’ont rien fait pour l’éviter ? 

Massivement, c’est bien le mot. Pour réduire les coûts, 20 000 salariés sur 38 000 ont été remerciés et ont rejoint les 38 millions de chômeurs supplémentaires que l’on décompte aux Etats-Unis depuis le Covid. L’actionnaire principal de Hertz, le milliardaire Carl Icahn a jugé, lui, qu’il avait déjà perdu beaucoup d’argent dans le secteur automobile et a jeté l’éponge. 

ça s’est évidemment passé très différemment pour le français Europcar ou pour son concurrent allemand Sixt. Europcar a obtenu un prêt de 220 millions d’euros garantis à 90% par l’Etat français, avec le soutien financier de son actionnaire, Eurazeo. Sixt a réussi à trouver 1,6 milliard, en partie financé par une banque publique. 

En Europe, les Etats sont plus interventionnistes et surtout les loueurs rendent les véhicules aux constructeurs quand ils n’en veulent plus. C’est le principe des contrats de leasing. Mais ça complique encore plus la vie de Renault, Peugeot ou Fiat. 

Est-ce qu’il est risqué de louer une voiture chez Hertz ou chez un de ses concurrents cet été en France ? 

La faillite ne concerne pas les activités européennes de Hertz qui vont réduire la voilure mais honorer leurs engagements. La marque compte aussi beaucoup de franchisés, qui sont des entités indépendantes. 

De manière plus générale, si vous avez peur de tout perdre, car le secteur va tout de même mal, Erwan Benezet, journaliste au Parisien, donne deux solutions: soit passer par un voyagiste, par exemple en couplant l’achat de votre billet de train et de la location de voiture. Vous bénéficiez alors de son fonds de garantie, soit payer avec une carte bancaire haut de gamme, la Gold, qui assure ce type de risque. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.