Chaque année, tous les ans les banquiers centraux viennent se ressourcer dans une station de ski du Wyoming, Jackson Hole. Ils s’y retrouvent systématiquement à la fin de l’été depuis 1978, avec des économistes, pour partager leurs impressions sur l’économie, leur méthodologie, leurs questions.

Tous les ans, les banquiers centraux se ressourcent dans une station de ski du Wyoming, le "Jackson Hole"
Tous les ans, les banquiers centraux se ressourcent dans une station de ski du Wyoming, le "Jackson Hole" © Maxppp / CJ GUNTHER/EPA/Newscom

C’est très sérieux. Chacun communique ses textes à l’avance pour nourrir la qualité du débat. Les journalistes spécialisés des agences - les Fed watchers, ECB watchers…- décryptent les messages essentiels. Cela donne le ton de l’année à venir en matière de politique monétaire. 

Cette année ils se sont réunis avant le G7 de Biarritz. Comment ça s’est passé ? 

C’était une réunion importante, car Ils sont en transition : Jay Powell, le président de la Banque centrale américaine nommé par Trump est là depuis février 2018 seulement et Mario Draghi s’en va dans quelques mois avant d’être remplacé par Christine Lagarde. 

Ils sont surtout très inquiets car l’économie est dans une phase de grande instabilité. L’Allemagne entre en récession malgré les taux négatifs sensés doper l’économie de la zone euro. L’union européenne est peut-être à quelques semaines d’un Brexit sans accord. Certains signes font craindre un retournement brutal de la croissance aux Etats-Unis. 

Ils doivent imaginer la meilleure politique monétaire possible pour soutenir l’économie. Or ils font déjà le maximum en terme de baisses de taux et rachats de dette, leurs armes principales. 

Et les dirigeants des sept puissances, il faut bien le dire, ne leur ont pas facilité la tâche. Trump en particulier a fait un tweet très violent contre le président de la Fed. 

Oui du jamais vu ! Il s’est demandé sur son réseau social favori si : 

Ma seule question est de savoir qui est notre pire ennemi le président de la fed ou Xi Jinping

Pourquoi une telle rage alors que Powell est l’homme qu’il a choisi ? Tout simplement parce qu’il redoute que l’économie américaine entre en récession ou ralentisse fortement alors qu’il est en campagne. Il voudrait que Powell baisse les taux américains sous les taux allemands, alors même que le taux de chômage aux Etats-Unis est au plus bas depuis 50 ans. 

Surtout, il n’a pas aimé que le président de la Fed depuis Jackson Hole lui dise ses quatre vérités: la politique ne peut rien pour lutter contre un ralentissement économique qui viendrait d ela guerre commerciale que Trump a déclenchée. Petite consolation pour Jay Powell : les marchés financiers ont mieux réagi à son discours qu’au tweet de Trump. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.