La lutte contre le réchauffement climatique, c’est aussi l’affaire de chaque citoyen. C'est pourquoi Radio France s'engage avec l'opération #AgirPourMaPlanète.

Quand on entend Nicolas Hulot parler sur France 2 de « fin du monde », ça fait évidemment très peur. Alors on se demande ce que nous, simples citoyens, pouvons faire à notre échelle pour éviter l’apocalypse. Pas si simple parce qu’il faut se contraindre à changer, concrètement, nos habitudes, par exemple, en laissant, quand on le peut, sa voiture au garage. Mais que faire si je ne peux pas me passer de ma voiture pour aller au travail ? 

Cela ne sert à rien de culpabiliser. Il vaut mieux inciter ceux qui le peuvent à se convertir au covoiturage ou à l’autopartage. Il suffit pour ça de télécharger sur son smartphone Blablacar, iDvroom, Drivy ou Citiz. C’est écolo et, en plus, vous économisez de l’argent. 

Le plus intéressant, c’est que des applis comme celles-là, il y en a des dizaines dans tous les domaines de la vie quotidienne. 

Vous avez l’appli WAG (We Act For Good) lancée il y a quelques jours par le WWF

Elle propose 500 défis pour mieux manger, se déplacer, arriver au zéro déchet ou passer à l’énergie verte. 

Sur le même modèle, l’appli « 90 jours » va faire de vous un parfait écolo en trois mois à coups de défis quotidiens – dire stop aux pubs dans sa boîte aux lettres, manger des fruits et légumes de saison, etc... 

- Il y a aussi Geco, qui donne des conseils pour réduire votre budget carburant, Checkfood contre le gaspillage alimentaire ou Ecogator et Eco2mis qui vous aide à réduire votre consommation d’énergie.  

Ces gestes individuels ne sont-ils pas une goutte d’eau face aux grands enjeux du dérèglement climatique? Le risque, c’est le climato fatalisme. Il faut être convaincu par l’idée que si chacun change un peu, ça peut tout changer. 

Cela dit : un conseil, si vous téléchargez WAG ou 90 jours, restez zen car le discours écolo-bobo qui vous conseille de faire pipi sous la douche ou de manger des graines peut très vite agacer. 

L’autre risque, beaucoup plus grave, c’est que si l’écologie ne rimait pas avec progrès social elle restera un luxe inaccessible aux plus modestes. Et ça ce n’est plus l’affaire des citoyens mais de nos responsables politiques.

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

A l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? A retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.